En complément du salaire, avec la prime Macron, les employés peuvent percevoir une prime exonérée de prélèvements sociaux et fiscaux. Ce dispositif a été reconduit chaque année sous différentes modalités depuis sa création en 2019. Il a été bénéfique pour de nombreuses personnes, mais à quel point ?

La prime Macron, une moyenne de 570 euros

Dès 2021, les entreprises pouvaient verser une prime exonérée de prélèvements sociaux et fiscaux allant jusqu’à 1000 euros voire même 2000 euros en cas d’accord d’intéressement aux employés. Cependant, cela concerne seulement ceux dont le salaire ne dépassait pas 3 fois le Smic Annuel.

Quoique facultatif et laissé à l’appréciation de l’employeur, ce dispositif a suscité beaucoup d’intérêts. En 2021, un total de 2 milliards d’euros a été versé dans le cadre de cette prime Macron. Ainsi, la prime moyenne reçue en complément du salaire est de 570 euros par bénéficiaire pour les salariés concernés.

Impacts du prime Macron

Même si la prime Macron n’existait pas, certains employeurs auraient quand même versé au moins une partie du montant de la prime de leurs salariés sous forme de prime non exonérée.

D’après les estimations du bureau des statistiques, sans prime défiscalisée, seulement 15% ou 40% des montants ainsi versés en supplément de salaire en 2021 aurait dans tous les cas bénéficié aux employés.

Il y a deux ans, l’Insee avait déjà souligné que les employeurs saisiraient l’effet d’aubaine de la prime Macron. En effet, ils profiteraient de ce bonus de rémunération sans charges patronales. Autrement dit, ils peuvent substituer dans certains cas à une rémunération qui aurait pu être versée sous une forme différente.

Un vrai cadeau de l’Etat pour les employés

La prime Macron est un vrai cadeau de l’Etat pour les salariés. En effet, le fait qu’elle ne soit pas ponctionnée ni de cotisations sociales ni d’impôts leur est très bénéfique. Il faut savoir que si tous les primes PEPA 2021 avaient été fiscalisées et soumises à cotisations, le Trésor Public aurait prélevé 170 euros en tout par ménage.

Ainsi, en plus des 570 euros touchés par les bénéficiaires en 2021, ce dispositif augmente leur pouvoir d’achat de 170 euros. Au total, cela fait 460 millions d’euros d’exonérations sociales et fiscales.