Les projets de réforme s’accumulent au sein de l’Assemblée Nationale. Cette fois, on parle de l’âge légal de la retraite.

L’âge légal de la retraite, un débat au sein de l’Assemblée Nationale


Emmanuel Macron avait annoncé que l’âge légal de la retraite subira une réforme. En effet, elle sera désormais de 65 ans. Mais il ne s’agit là que d’un simple programme. Il appartient au législatif d’en décider. D’ailleurs, comme Yaël Braun-Pivet, présidente de l’Assemblée nationale, a annoncé, « le jeu n’est pas fait ». En d’autres termes, rien n’est encore sûr.

Cette décision repose donc entre les mains du Parlement. Mais en tout cas, on sait déjà que s’ils acceptent, ils auront le total soutien de l’exécutif. En effet, comme la députée Renaissance a affirmé à France Inter-Franceinfo-Le Monde, le gouvernement est déjà prêt, il ne reste plus que la décision de l’Assemblée nationale.

Ce recul proposé par Emmanuel Macron


Mais d’où vient cette idée de reformer l’âge légal de la retraite ? En fait tout vient des discours de l’actuel président lors de sa dernière campagne. En effet, durant sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron a parlé de plusieurs points à réformer dans le système français. Entre autres, il y avait la retraite. D’abord, il a dit vouloir reporter l’âge légal de 62 à 65 ans.

Mais, une fois réélu, il a fini par proposer autre chose. En effet, à la place des 65 ans, il a proposé un recul à 64 ans avec une augmentation de la curée de cotisation. Mais pour le moment, la proposition qui semble plaire au parlement est ce report à 65 ans.

Une réforme sur le point d’avoir lieu


Pour faire adopter cette réforme de l’âge légal de la retraite, on a besoin d’un maximum de votes à l’Assemblée nationale. Ainsi, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, confirme auprès de RTL-Le Figaro-LCI qu’ils ont fait des semaines de campagne autour de cette réforme à 65 ans. Ainsi, la réforme est sur la bonne voie. D’ailleurs, les contours du projet seront présentés jeudi prochain. Mais avant cela, les patrons des groupes parlementaires devront être reçus par la Première ministre.

Ensuite, le projet sera présenté et voté par l’Assemblée nationale. Mais si elle n’est pas élue à la majorité, le gouvernement a un autre moyen pour l’imposer. En effet, il peut faire passer cette réforme sans vote à l’aide l’arme constitutionnelle du 49.3. Mais bien sûr, il s’agit là d’un dernier recours. Rien ne vaut une victoire grâce à un vote en bonne et due forme de l’Assemblée nationale.