Le journaliste Laurent Delahousse, irrité par le départ de Marie Drucker doit accepter sa décision alors qu’elle ne l’avait pas prévenu. Marie Drucker était son ancienne pièce maîtresse sur France 2. Le journaliste star de la chaîne a du mal à y croire.

Un changement de carrière


Même si elle a aimé travaillé avec Laurent Delahousse, Marie Drucker a changé de cap. En premier lieu, elle a quitté le journalisme puis elle s’est lancée dans la production. Par la suite, elle a fait ses débuts en tant que comédienne.

L’ancienne journaliste sera à la tête de l’affiche du 16 février dans le film « Un autre monde », une réalisation de Stéphane Briszé. Bien sûr c’est un tout nouveau défi pour elle, mais sûrement une autre de ses ambitions. Elle jouera aux côtés de Vincent Lindon mais aussi de Sandrine Kiberlain.

Un besoin de sevrage


Marie Drucker est passée dans un entretien il y a quelques temps de cela. Elle affirme avoir bel et bien tourné le dos aux journalistes de France 2 dont Laurent Delahousse en 2016. Marie Drucker déclare qu’elle avait besoin d’un sevrage immédiat et radical de l’information.

Elle avait besoin de se déconnecter entièrement de ce monde mais aussi de ce qui l’y touche. C’est en 2016 qu’elle prend la décision de tout quitter. Marie Drucker ajoute même qu’elle ne regarde plus les informations depuis son départ de la chaîne.

Le départ de Marie Drucker


Pendant quatre ans, Marie Drucker a coupé le monde de l’information. Elle l’affirme elle-même, Marie Drucker a arrêté de regardé le journal mais aussi arrêté d’écouter la radio. Marie Drucker cherchait à s’extirper de ces rouages. Le monde de l’information était rattaché dans cette espèce de forme de tyrannie.

Pourtant, l’ancienne journaliste ne se sentait plus dans le vent. Par ailleurs, elle ne se sentait plus d’attaque pour la concurrence, ou encore pour le rythme et la superficialité de cet univers. Malgré toute son expérience dans le domaine, Marie Drucker cherchait avant tout à apprendre de nouvelle choses.

Hélas, elle s’en sentait plus frustrée que motivée. De plus, avec son divorce, Marie Drucker ne voulait pas entendre les autres lui dire, comme elle gagnait bien sa vie parce qu’elle présentait les 20 heures.