L’économiste Pierre Concialdi s’est intéressé sur le revenu minimum nécessaire pour vivre décemment en France. Il a conclu que le montant est largement au-dessus du SMIC. On vous dévoile tout dans quelques lignes ci-dessous.

Le niveau de vie des Français frappé par l’inflation


L’année 2022 s’avère difficile pour les Français. D’ailleurs, le pouvoir d’achat des Français est mis à mal tout au long de l’année.  L’inflation a touché tous les secteurs que ce soit en énergie, alimentation et transports.

Ainsi, il serait un peu difficile de savoir le niveau de vie réel en se basant sur le revenu. Les données changent à chaque fois en raison des augmentations de prix successives.

Pierre Concialdi, un chercheur à l’Institut de recherches économiques et sociales (Ires) s’est penché sur une étude concernant la vie quotidienne des Français. Cet économiste a tenté d’évaluer la somme minimale en 2022 pour vivre décemment en France. Pour ce faire, il s’est basé sur les statuts et les situations actuelles.

Pierre Concialdi explique son point de vue


Pour Pierre Concialdi, la décence serait le seuil de revenu « au-dessus duquel on peut raisonnablement supposer que les ménages ont la capacité de participer effectivement à la vie sociale sans risque de connaître d’importantes privations ».

En effet, ces paliers ne sont pas les mêmes que les seuils de pauvreté. Comme le précise l’économiste, ces derniers définissent des seuils d’exclusion sociale tandis que les budgets de référence conduisent à établir un seuil minimum d’inclusion sociale.

Donc, vivre décemment serait le fait d’avoir les revenus nécessaires pour participer à la vie en société. Cela inclut par exemple, faire des sorties culturelles ou des vacances ou encore participer à des invitations entre amis. Effectivement, il ne s’agit pas des dépenses vitales, mais elles sont indispensables à l’intégration sociale.

Le revenu minimum pour vivre décemment en 2022 en France commence à 1 630 euros net


Pour prétendre à une vie sociale épanouie, Pierre Concialdi a d’abord déterminé un panier de biens (Logement, équipements, vêtements…) et de services (sorties, énergie, vacances…). Ensuite, l’économiste a annoncé le prix de cette intégration sociale.

Le revenu mensuel minimum pour vivre une vie décente serait donc 1 630 euros net par mois. Ce qui conclut 195 euros de plus qu’en 2014. À noter d’ailleurs que le chercheur a mené sa toute première étude à cette date. Pour un couple avec deux enfants à charge, la somme serait de 3 744 euros soit 402 euros de plus qu’il y a huit ans.

Il a informé que le coût de la vie au minimum qui s’est le plus alourdi est lié directement à la vie sociale. À titre d’exemple, les frais d’hébergement pour les vacances ont augmenté de 33,6 % en huit ans. Le prix des cadeaux offerts aux amis et des sorties connaît également le même sort.

La décence est à distinguer de la subsistance. Par conséquent, le SMIC et ses 1329 euros net mensuels n’offrent pas accès aux minimums requis pour une vie sociale inclusive.