Ary Abittan s’est fait débusqué par les magazines people dans les magnifiques plages de Punta Cana en excellente forme. Conscient des intentions des paparazzi, l’acteur a soigné son apparence en passant d’abord chez le coiffeur. Cela à cause des précédents clichés qui le mettaient en mauvaise posture.

L’humoriste français Ary Abittan soigne son apparence en public

Ary Abittan apparaissait en pleine forme dans les plages de Punta Cana en République dominicaine accompagné de sa compagne Sarah-Line. D’ailleurs, l’hebdomadaire Ici Paris a fait mention de leur escapade dans son dernier numéro. Aussi, les clichés des deux tourtereaux main dans la main sur la plage ont été publiés.

Selon la publication, l’humoriste français Ary Abittan s’efforçait de projeter son bonheur et sa gaieté. De plus, qu’il côtoyait des touristes français qui sont descendus dans le même hôtel 5 étoiles que lui durant leur escapade en famille sous les tropiques.

Des mauvais souvenirs qu’Ary Abittan essaie d’oublier

Rappelons qu’en 2015, l’humoriste français Ary Abittan s’était mis en couple avec Élodie Fontan. En ce temps, la couverture du magazine Voici l’a choqué puis que jusqu’à présent, le comédien garde un mauvais souvenir de cette image.

En effet, l’acteur de « Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu » est apparu sur la couverture du magazine très négligé. À cette époque, il apparaissait avec des cheveux ébouriffés, les yeux froncés et mal rasés. Dans ces conditions, le comédien français et compagnon de Sarah-Line a porté plainte à l’encontre du magazine pour avoir publié des photos de lui sous un mauvais jour.

Le voyage en classe économique

Si Ary Abittan s’efforçait de sortir en forme avec dégageant une image parfaite, c’est qu’il tenait à préserver son image pour ses fans. Aussi, l’acteur a stipulé dans sa plainte contre l’hebdomadaire people le fait d’avoir évoqué qu’il voyageait en classe économique.

Apparemment, il s’avérait que cette information semblerait erronée. Il semblerait que voyager en classe éco serait une honte, affirmait ironiquement le magazine qui a immortalisé l’acteur sous ses mauvais jours.