Dans cet article nous allons vous rapporter les confidences du grand patron de Lidl alarmiste face à la situation actuelle. Dans ce sens, Michel Biero partage l’évolution de Lidl en France malgré quelques complications de ces dernières années. Par ailleurs, il ne manque pas d’évoquer l’impact des divers rappels de produits et de l’inflation qui ne cesse d’augmenter.

Lidl alarmiste


En effet, le grand patron de Lidl alarmiste confie se retrouver actuellement avec 1588 magasins en France malgré les déboires économiques.

Dans ce sens, Lidl exploite à fond son potentiel et prévoit entre 10 et 15 nouveaux magasins pour chaque année.
En même temps, face à ses concurrents pas moins redoutables Lidl vise à répondre aux attentes des collectivités locales.

Notamment, l’entreprise de distribution allemande tient à se démarquer de E. Leclerc, Intermarché, Système U et Aldi, ses principaux concurrents.
Apparemment, la direction ne s’intéresse pas aux parts de marché mais préfère se baser sur l’évolution du chiffre d’affaires.

Confidences de Michel Biero concernant l’inflation


En effet, Michel Biero affirme que malgré le pouvoir d’achat fortement affecté par l’inflation, Lidl parvient à attirer plus de clients.
Dans ce sens, le grand patron de Lidl alarmiste prévoyait une inflation de 3 à 3,5 % au premier semestre.

Néanmoins, il tient à rassurer le public qu’il n’y a aucun risque de pénurie en France malgré les hausses de prix.

Par ailleurs, il affirme que le nouveau gouvernement doit se pencher sur la loi de modernisation de l’économie pour la transparence.
Apparemment, une augmentation justifiée ne représente aucun problème, la raison des accords signés le 17 janvier avec les marques françaises.

Les rappels de produits et problèmes sanitaires


En effet, Lidl alarmiste effectue 600 audits inopinés de fournisseurs par an pour assurer la qualité des produits proposés.

Dans ce sens, même si la norme IFS n’exige de 200, l’entreprise de distribution allemande possède 380 points de contrôle.
Apparemment, Michel Biero affirme qu’un seul fabricant refuse que les contrôleurs inspectent son usine pendant ces dix années.

Par ailleurs, le service qualité établit un rapport par code couleur, vert, jaune ou rouge après chaque visite.
Notamment, le fournisseur doit améliorer son site de production s’il reçoit un jaune, l’accord tombe à l’eau après un code rouge.