L’impôt sur la fortune immobilière concerne un patrimoine immobilier qui a une valeur nette de plus de 1 300 000 euros. Il s’agit d’un impôt annuel dont le calcul vient de tous les biens imposables au 1er janvier de l’année d’imposition. Cependant, les tranches du barème de l’IFI ont connu une hausse.

Les personnes concernées par l’impôt sur la fortune immobilière


Les personnes assujetties à cette taxe sont celles qui sont domiciliées en France et être en possession d’un immobilier en France ou à l’étranger. Elles sont également concernées si elles sont domiciliées à l’étranger, mais possédant un patrimoine immobilier en France.

Le foyer fiscal pris en compte par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) comprend les célibataires, veufs, divorcés et séparés. Puis, les époux qui ont choisi l’imposition distincte des revenus, les couples pacsés ou en concubinage. Enfin, les enfants mineurs dont leur parent en prise en charge l’administration légale des biens.

Les biens imposables à l’IFI


L’Impôt sur la fortune immobilière (IFI) précédemment appelé L’ISF (Impôt sur la fortune) regroupe les taxes à payer de tous les immeubles non consacrés à l’activité professionnelle. Les biens imposables peuvent être des immeubles bâtis à usage personnel ou mis en location.

Par exemple, les appartements ou maisons avec leurs dépendances. Cela concerne également les bâtiments classés monument historique, les immeubles en cours de construction et ainsi que les immeubles non bâtis. C’est-à-dire les foyers fiscaux en possession d’un patrimoine immobilier sont soumis à cet impôt.

À savoir qu’il existe des exonérations si les biens pouvaient être considérés comme biens professionnels. Concernant la résidence principale, elle peut bénéficier d’un abattement de 30 %. Une exonération de 75 % vise touche les bois, forets et parts de groupement forestiers.

Le barème pour 2023


Pour 2023, les tranches de barème de l’IFI sont de 0,5 à 1,5 %, inchangées depuis 10 ans. Apparemment, elles sont calculées en se basant sur la hausse des prix de l’immobilier. Donc, on peut également observer que le nombre d’assujettis augmente chaque année et le montant de cette taxe connait également une hausse.

Cela s’explique par la hausse de l’IFI qui est entrée dans les caisses de l’État en 2021. Pour les contribuables, la facture peut aller jusqu’à 11 000 euros annuels en moyenne. Cette hausse équivaut à une hausse de 7 % par rapport au chiffre de 2020.

Par ailleurs, si le seuil d’assujettissement à l’IFI est fixé à 1,3 million d’euros, le calcul de l’impôt commence à 800 000 euros.

De ce fait, le barème sera comme suit :

Fraction de la valeur nette taxable Taux applicables
de 0 et 800 000 € 0 %
de 800 000 € et 1 300 000 € 0,5 %
de 1 300 000 € et 2 570 000 € 0,7 %
de 2 570 000 € et 5 000 000 € 1 %
de 5 000 000 € et 10 000 000 € 1,25 %
Plus de 10 000 000 € 1,5 %