Magali Berdah est au plus mal. . Apparemment, l’agent de presse des influenceurs est victime de plusieurs attaques après une vie d’exil à Dubaï. Va-t-elle s’en sortir ou va-t-elle lui arriver le pire ?

Magali Berdah au cœur d’un ébat médiatique


Depuis quelque temps, Dubaï est devenue la destination de bon nombre de stars. Vraisemblablement, en plus d’un bon climat, tout le long de l’année, on s’y sent aussi vraiment en sécurité. La plupart des personnes résidentes de ce pays vivent une vie de rêve. Malheureusement, c’est loin d’être le cas de Magali Berdah. En effet, quand les stars font le choix de poser leur valise à Dubaï, ils n’ont rien laissé au hasard. Ils ont tout fait pour se faire remarquer. Ainsi, ils se sont vantés d’avoir pu investir dans des biens immobiliers luxueux. Ils ont même réussi à rendre leurs abonnées jalouses.

Très récemment, c’est Magali Berdah qui s’est attiré la foudre de sa communauté. Apparemment, Magali Berdah est un peu l’ange gardien de toutes les célébrités du monde de la télé-réalité. Elle avait toujours soutenu Carla Moreau. Il ne veut que la paix dans la grande famille de Les Marseillais. Par conséquent, elle a décidé de déménager à Dubaï pour mieux parrainer ses protégés. Ainsi, elle a accepté de faire face aux caméras pour parler de sa situation.

De la vie de rêve au cauchemar


Lors de sa confidence auprès de l’équipe de C8, Magali Berdah avait déclaré : « à Paris, ce qui me fait peur de vivre en maison, ce sont les cambriolages. (…) Ici, on n’a pas peur, il ne se passe jamais rien. Tu peux vivre chez toi, tranquille, les portes et les fenêtres ouvertes. (…) Tout est très en sécurité ». En effet, elle n’est pas la première à sentir la différence entre la vie en France et à Dubaï !

« L’avantage de Dubaï, c’est qu’il fait tout le temps beau avec le soleil. C’est une résidence privée où on a tous un peu ce style de maison, mais on est à cinq minutes du centre de Dubaï », avait-elle ajouté. Or depuis la diffusion de cet entretien, elle a eu droit à d’innombrables critiques. Toutefois, il en faut encore plus pour la désenchanter.