« Pour votre santé : mangez 5 fruits et légumes par jour », « Mangez moins gras, moins sucré, moins salé » ou encore « Pratiquez une activité sportive régulière »…Telles sont les PNNS utilisées par l’Etat pour sensibiliser les français à un meilleur mode de vie.

Ces petits messages ont été instaurés dans les publicités alimentaires ne sont pas passés inaperçus. Néanmoins, leur efficacité n’est pas prouvée jusqu’à présent. Selon une analyse récente, il semblerait même qu’ils aient eu l’effet inverse de qu’on aurait pu espérer. On vous dévoile les détails.

Les images anti-tabac, un réel succès !


La consommation de tabac fait partie des facteurs de mortalités les plus importantes en France. Une situation que l’Etat a souhaité pallier au plus vite grâce aux petits messages sur les paquets de cigarettes. Et la stratégie semble fonctionner. En effet, la consommation de tabac a beaucoup diminué en seulement quelques mois. Une véritable réussite si l’on en croit les statistiques.

Malheureusement, ce n’est pas la même chose pour le domaine alimentaire. Comme l’indique les chercheurs de l’Université d’Aix-Marseille, « Tout le monde mange ». Et la manière de comprendre ces petits messages ne sont pas du tout les mêmes d’une personne à une autre.

Une expérience pas très reluisante


Après une utilisation long terme des messages de PNNS, une expérience a été réalisée en 2012. Cette dernière s’est faite sur 130 personnes lors de la première vague. Et les réponses ne sont pas du tout reluisantes. Bien au contraire, il semblerait que les messages sanitaires n’ont pas permis d’atténuer la pandémie d’obésité.

Face à un Big Mac, les personnes testées ont toute été attirée par la consommation malgré le message de sensibilisation. Et pour cause, ces derniers sont nombreux à reconnaître la publicité comme approuvée par les autorités. Une mauvaise compréhension qui pourrait bien être désavantageuse !