Le dimanche 21 février 2021, le magazine Sept à Huit avait comme portrait de la semaine, Mimie Mathy. Durant laquelle, l’actrice s’est confiée sur son parcours ainsi que sa vie sentimentale. Mariée à Benoist Gérard depuis 15 ans, elle a envisagé de fonder une famille avec lui avec la crainte que l’enfant souffre de la même maladie qu’elle. Au final, son projet n’a jamais été concrétisé.

Mimie Mathy et son parcours de la vie


Mimie Mathy est née en 1957. Une époque où l’échographie n’existait pas encore. Pour cela, il était impossible de savoir si le bébé souffrait d’une maladie. Pour sa part, ses parents n’ont su qu’elle souffrait d’achondroplasie qu’un an après sa naissance. Cette maladie est une maladie génétique qui se traduit par un développement anormal des os. En 2003, l’actrice avait fait la connaissance de son mari Benoist Gérard à Saint-Brieuc dans les Cotes-d’Armor. Au micro d’Audrey-Crespo Mara, elle revient sur cette rencontre qui a marqué sa vie.

Deux ans après leur rencontre, Mimie Mathy et Benoist Gérard se marient. Ils se posent alors la question s’ils veulent avoir des enfants. À l’époque, l’actrice avait 45 ans, donc un âge où elle peut très bien en avoir. Dans Sept à Huit, elle avait confié : « On a essayé, mais ça n’a pas marché. Donc je n’allais pas à tout prix en avoir un, à partir du moment où dans la corbeille du mariage il m’avait amené quatre enfants délicieux et à gérer aussi. Ça, ce n’est pas trouvé, ce n’était pas grave». En effet, ses quatre enfants sont ceux de son mari. Pourtant, elle les aime comme s’ils étaient les siens. Aujourd’hui, ils sont déjà des grands-parents.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mimie Mathy Ⓜ (@mimiemathyofficial)

«Je n’avais pas envie que mon futur enfant puisse morfler»


Au micro de TF1, Mimie Mathy avait indiqué qu’elle avait peur que son enfant souffrît de la même maladie qu’elle. D’après ses dires : « il y avait une chance sur quatre ». Celle qui incarne « Joséphine ange gardien » avait expliqué : « Ça veut dire à 45 ans, prendre le risque d’attendre l’échographie décisive au bout de quatre mois. Puis, de se dire qu’est-ce que je fais. Est-ce que je le garde, est-ce que je ne le garde pas? Est-ce qu’il m’en voudra si je le mets au monde et qu’il est comme moi? On ne peut pas consciemment se poser la question. Le monde est dur… je n’avais pas envie que mon futur enfant puisse morfler si jamais il se trouvait dans la même situation que moi ». Malgré qu’elle n’ait pas eu d’enfants, Mimie Mathy est heureuse grâce à ses proches.