Le 16 novembre 2019, Élisa Pilarski est sortie se promener avec leur chien Curtis. Peu de temps après leur sortie, elle appelait son mari pour lui demander de l’aider.

Bien que Christophe ait fait le maximum pour arriver à temps auprès de sa compagne. Cette dernière a déjà lâché son dernier soupir lorsqu’il est arrivé à ses côtés.

Elisa Pilarski tuée par des chiens ?


A sa mort, le corps d’Elisa est couverte de morsures de chiens. Certes, elle était en promenade dans la forêt de l’Aisne avec son chien Curtis. Mais pour avoir plus de certitude, les enquêteurs ont décidé d’effectuer une recherche d’ADN sur le corps de la victime.

Avec la crise sanitaire, cette recherche a mis plus de temps que prévue. C’est d’ailleurs ce que la mère de la défunte déplore lors de ses rencontres avec la presse. Elle demande que les enquêteurs définissent le ou les coupables pour pouvoir porter le deuil de sa fille enceinte. Pour le compagnon d’Elisa, sa démarche va dans un autre sens.

Une action pour la libération de Curtis


Comme Élisa Pilarski est morte lors d’une balade avec son chien Curtis. Ce dernier est devenu le suspect numéro un dans cette affaire de meurtre. Ainsi, il était retenu par les forces de l’ordre depuis le mois de novembre. Pour son maître,le compagnon d’Elisa, Christophe s’en est trop. Du coup, il a envoyé une démarche pour demander la libération de son chien via les réseaux sociaux.

“Nous reprenons nos actions pour demander la libération de Curtis. Emprisonné abusivement depuis plus de 8 mois dans des conditions de détention qui aujourd’hui peuvent être assimilées à de la maltraitance” affirme-t-il sur son compte Facebook. Il a d’ailleurs créé une page de soutien pour faire “entendre la voix de Curtis” selon ses propres mots.