Le projet du gouvernement ne fait pas unanimité. Les syndicats ont annoncé l’existence d’un mouvement contre la réforme des retraites. Les manifestations vont avoir lieu le 19 janvier 2023. Au même moment, la CGT pétrole a également annoncé plusieurs journées de grève. Dans ce sens, les automobilistes font le plein de carburant, mais est-ce une bonne idée ?

Mouvement contre la réforme des retraites


La décision du gouvernement de changer l’âge légal du départ en retraite pour 64 ans a fait couler beaucoup d’encre ces derniers jours. D’ailleurs, les huit principaux syndicats ne consentent pas ce projet sur la réforme des retraites. Pour exprimer leur mécontentement, ils ont fait appel à une grève le jeudi 19 janvier 2023.

De son côté, la CGT pétrole a révélé plusieurs dates de grève. La première serait le 19 janvier pour 24 heures. La seconde se tiendra le 26 janvier pour 48 heures et la dernière prévue pour le 6 février pour 72 heures. Selon les syndicats, la grève pourrait être reconduite et même se terminer par l’arrêt des installations de raffinage. Ce qui entraine un risque de pénurie.

À la suite de cette annonce, les automobilistes se précipitent dans les stations-service pour faire le plein.

Une pénurie de carburant dans certaines stations-service


Avant la date prévue pour le mouvement contre la réforme des retraites, les automobilistes se lancent sur ce que l’on appelle les pleins de précaution.

Selon une habitante du Pas-de-Calais, elle préfère faire le plein puisque personne ne connait l’évolution de la grève. De surcroit, un début de pénurie est observé dans certaines stations. De surcroit selon l’AFP, environ 3,75 % des stations-service sont à court d’essence ou de gazole depuis le début de la semaine. Ce qui fait 50 stations en rupture partielle sur tout l’hexagone et 9 en rupture totale.

Face à cette situation, TotalEnergies se veut rassurant. Les responsables ont annoncé qu’ils disposent de stocks satisfaisant dans leur dépôt. De surcroit, le groupe prend des dispositions nécessaires pour servir sa clientèle face à cette augmentation de demande. Il regrette d’ailleurs que la CGT souhaite le blocage des raffineries.

Les réserves stratégiques en cas de pénurie


De peur de se confronter à une pénurie, les automobilistes se ruent pour faire le plein. Ce qui explique l’assèchement des stations-service en attendant le réapprovisionnement. Cependant, selon la révélation de responsables, les 200 dépôts de carburant possèdent la quantité suffisante pour les 11 stations en France. La pénurie s’explique de ce fait d’un problème logistique et non d’approvisionnement.

De surcroit, dans le cas d’une grève durable, le gouvernement peut débloquer les stocks stratégiques de produits pétroliers. En effet, il y a près de 14 millions de tonnes d’essence, gazole, fioul ou encore de carburéacteurs peuvent être mis à la disposition des opérateurs pétroliers.