Dans cet article, nous allons parler des nouveaux tarifs des médecins suite à la hausse générale de 1,50 euro. Agnès Giannotti, présidente du syndicat majoritaire des médecins généralistes MG France partage son avis sur ce règlement arbitral de la convention médicale. Apparemment, ce règlement arbitral très léger permet de relancer au plus vite les négociations avec l’Assurance maladie.

Nouveaux tarifs des médecins


En effet, les nouveaux tarifs des médecins qui subissent une augmentation générale de 1,50 euro ne répondent pas à leurs attentes. Les médecins libéraux réclament une hausse d’au moins 30 euros, voire à 50 euros, pour la consultation de base du généraliste.

Dans ce sens, pour une consultation chez votre médecin généraliste, vous devez payer 26,50 euros au lieu de 25 d’ici l’automne. Le tarif de base pour un spécialiste qui ne pratique pas de dépassements d’honoraires passera de 30 à 31,50 euros. 47,50 contre 46 euros pour les consultations complexes chez un médecin spécialiste.

Par ailleurs, un médecin qui s’occupe d’un malade ne figurant pas dans sa patientèle habituelle touche une majoration de 15 euros. Les docteurs qui contribuent directement à la régulation médicale au sein d’un service d’accès aux soins toucheront un montant horaire de 100 euros.

Pas de contrat d’engagement territorial


En effet, l’arbitre propose de rémunérer la première consultation en tant que médecin traitant à 60 euros pour l’ALD. Les patients atteints d’affection longue durée payent 25 euros pour leur suivi actuellement.

Dans ce sens, il n’y a pas d’engagement territorial en contrepartie, le directeur de l’Assurance maladie en avait proposé la création. Afin de mieux valoriser les efforts fournis par les médecins. Notamment, ceux qui ouvrent leur cabinet le samedi matin, prennent en charge des urgences, et suivent des patients souffrant de maladies chroniques.

Les médecins signataires devraient bénéficier de tarifs plus élevés pour des consultations similaires à celles de leurs confrères réfractaires au dispositif. Et pourtant, les parlementaires ne valident pas ce contrat d’engagement territorial au début du mois d’avril.

Une relance des négociations


En effet, le coprésident du syndicat Avenir Spé Le Bloc, Patrick Gasser parle de ces nouveaux tarifs des médecins avec François Braun. Il affirme que le ministre de la Santé souhaite rouvrir les négociations rapidement et y participer davantage.

Dans ce sens, le représentant des médecins spécialistes semble partager le même avis pour bien structurer la lettre de cadrage de François Braun. Cette lettre donne des marges de manœuvre au directeur général de l’Assurance maladie, Thomas Fatôme. Néanmoins, il faut attendre le vote du prochain budget de la Sécu pour 2024 à la fin de cette année.