Pour la rentrée, certaines personnes jouiront d’une nouvelle prime inflation pour faire leurs courses. Cette bonne nouvelle a récemment été annoncée par Emmanuel Macron et Bruno Le Maire.

Nouvelle prime pour la rentrée

La nouvelle prime de rentrée proposée par le gouvernement a enfin été adoptée par le Parlement. En effet, après de longs débats entre les débats et au niveau du Sénat, elle a enfin été validée.

Pour rappel, la loi sur le pouvoir d’achat vise à protéger les Français contre les effets de l’inflation actuelle. Ces derniers doivent chaque jour apprendre à vivre avec des prix de plus en plus élevés. Chaque mois, leur capacité d’achat ne cesse de diminuer. Grâce à la mise en place de cette nouvelle prime, certains foyers pourront souffler légèrement.

Revalorisation de 4% des minima sociaux et des retraites

Depuis le mois de mai, le gouvernement a annoncé une revalorisation de 4% des pensions de retraite. Normalement, cela aurait dû être appliquée dès le 09 Août avec le versement des pensions de juillet. Cependant, avec les différents débats, elle ne prendra place qu’en septembre.

En outre les Français les plus précaires n’ont pas été oubliés. En dehors des primes, les prestations sociales et les minima sociaux ont également été augmentés de 4%. Pour exemple, le RSA passera de 575 euros à un maximum de 598 euros.

Les adultes handicapés enfin entendus

Le changement concernant l’allocation adulte handicapé a été validé par le Sénat. En effet, à partir du 01er Octobre 2023, les revenus des conjoints ne seront plus pris en compte dans le calcul de l’allocation. Depuis plusieurs semaines, les associations se sont battues pour faire accepter cette demande.

Pour rappel, actuellement, l’aide d’une personne handicapée est réduite si son conjoint gagne plus de 1020 euros nets chaque mois. Si le partenaire gagne 2270 euros nets, elle est purement et simplement supprimée. D’après les associations, cette situation crée une dépendance vis-à-vis des aides et particulièrement du droit aux primes.

Du côté de la santé, le Sénat a voté le lancement de la carte biométrique vitale. Cette dernière sera équipée d’une puce qui intègre les caractéristiques physiques de la personne assurée. Ici, l’objectif est de limiter les fraudes.