Pendant deux ans, le Corona virus nous a fait vivre un véritable cauchemar. Olivier Véran nous alerte sur une cinquième vague qui arriverait au début de cet hiver, alors qu’on pensait enfin sortir de cette crise.

Olivier Véran nous avertit


Le retour à la vie normale, un but très difficile à atteindre. De plus, il semblerait que les vaccins n’ont pas tout à fait apporté l’effet voulu.
En même temps, le débat polémique concernant les doses et la composition du vaccin est toujours d’actualité.
Obligé de réagir, Olivier Véran a flingué le personnel soignant et cet élu qui osent faire opposition.
Les deux premières piqûres étaient plutôt réussies pour la France, après une campagne de sensibilisation massive.
Pourtant, la troisième dose n’obtient pas le même succès.
Par conséquent, les statistiques ne cessent de s’accroître. On craint une nouvelle crise sanitaire pour le pays.

On en est où avec les vaccins ?


Juste après le discours du président, le ministre de la Santé souhaite rajouter d’autres informations.

Effectivement, la prolongation du pass sanitaire jusqu’à l’été prochain intrigue la population.
Par ailleurs, si l’injection de la troisième dose du vaccin ne suit pas les normes, une grande partie de la population risque de voir ses efforts réduits à néant.
Cela concerne les plus de 75 ans. Et pourtant, les experts les qualifient de personnes vulnérables par rapport à cette maladie et susceptible de développer une forme grave.
En même temps, ceux entre 50 et 65 ans sont considérés comme non prioritaire. Par conséquent, ils doivent faire une consultation dans le centre le plus proche.
D’un autre côté, près de 850 000 adolescents de 12 à 17 ans ont déjà reçu au leur part de vaccination d’au moins une dose. Soit une couverture vaccinale de 17% (15,1% en attente de la 2ème dose, 1,9% complètement vaccinés).
Un chiffre encore loin de l’objectif qu’Olivier Véran avait dit sur France Inter qui est de « 30% ».
Et enfin, pour les plus jeunes c’est-à-dire les moins de 12 ans, la question attise une grande discussion.
Dans d’autres pays tels qu’Israël ou aux États-Unis, les autorités sanitaires sont fermes et strictes. La vaccination en masse est impérative pour une immunité collective.
Par contre en France, on préfère miser sur la précaution. En effet, on en a déjà fait l’expérience, obliger ne sert à rien d’autre qu’à irriter les gens.
D’ailleurs, chez les enfants atteints de la Covid-19, on remarque plus de cas asymptomatiques que des formes graves.

La 5ème vague pointe son nez


Vaccination des 5-12 ans : « Il faut probablement attendre un petit peu d’avoir plus de données sur la sécurité de ces vaccins » avait expliqué l’infectiologue Odile Launay sur Europe 1

De nombreuses études sont en cours. Il nous tarde d’entendre le verdict sur le résultat des scientifiques.
À quelques mois de l’élection présidentielle, c’est évident que les candidats vont se pencher sur cette cause. Une grande victoire pour celui qui saura nous éviter cette 5ème vague tant redoutée.
En même tant Olivier Véran est plutôt sceptique sur ce sujet. Invité au journal télévisé de Gilles Bouleau, Olivier Véran n’y va pas par quatre chemins. Il décide alors de parler du cas des autres pays de l’Union européenne.
“À l’évidence, beaucoup de nos voisins sont dans une cinquième vague, qui peut parfois être plus dure que les précédentes” disait-il dans le journal télévisé sur TF1.
L’année dernière chez nous il y avait le second confinement. Pour rappel, en raison du variant britannique.
Maintenant, c’est une version du Delta qui nous menace. En Allemagne, les chiffres explosent.
Pourra-t-on passer au travers cette fois ? Olivier Véran ne donne pas vraiment de réponse. Notamment, il estime que les Français ont le choix de se faire vacciner ou non. Dans le second cas, il est presque évident pour nous d’avoir à revivre cette expérience traumatisante des confinements et du couvre-feu. Une situation cauchemardesque que personne ne pourrait oser souhaiter revivre.