Dans le but de promouvoir le numérique, la Banque d’État du Pakistan (SBP) supprime les frais de 1,5 % des paiements par carte de débit et de crédit. Il s’agit de la commission minimale facturée par les banques aux commerçants sur les transactions effectuées par carte.

Une décision pour obliger les acteurs du e-commerce à accepter les paiements par carte


Auparavant, les stations-service ont refusé les paiements par carte de débit et de crédit. De surcroit, ils ont également réclamé la suppression des frais de 1,5 %.

Face à cette demande des revendeurs de produits pétroliers et les sociétés de commercialisation de pétrole, la SBP a enfin accepté leur demande via une récente notification.

Par conséquent, après la suppression du taux d’escompte du commerçant de 1,5 %, la Banque d’État du Pakistan (SBP) a annoncé récemment une grande décision.

Les acteurs de commerce électronique et les récepteurs de paiement en ligne au Pakistan sont dans l’obligation d’accepter les paiements par carte. Cette décision prendra effet au plus tard le 30 juin prochain.

Un système de remboursement mis en place


Si la Banque d’État du Pakistan (SBP) supprime les frais de 1,5 % des paiements par carte bancaire, les remboursements seraient à l’ordre du jour. En effet, les frais de remboursement d’interchange (IRF) utilisées sur les terminaux POS (point de vente) au Pakistan pourront bénéficier d’une facturation à hauteur de 0,2 % sur les paiements effectués par cartes de débit et prépayées. Ce serait de 0,7 % maximum sur les cartes de crédit.

À noter que l’IRF n’est nullement des frais supplémentaires, mais fait partie du MDR qui est de 2,5 % max. Selon les confidences du banquier numérique, Sohail Malik, la suppression des frais minimums permet de promouvoir la banque numérique et les transactions numériques.

Cette décision aide également à réduire les transactions en espèces et pour faciliter la documentation de l’économie.

Une réunion fructueuse ?


À noter qu’au Pakistan, il existe 45 millions de cartes de début et de crédit. Par ailleurs, les utilisateurs ne les utilisent que pour retirer de l’argent. Dans ce sens, seulement 5 à 10 % des titulaires utilisent leurs cartes auprès des commerçants.

Selon les constatations de Khuda Bakhsh, un marchand de pétrole, les marchands payaient 1,75 Rs par litre aux banques pour les transactions par cartes de débit et de crédit. Cette situation aurait de mauvaises conséquences sur leurs marges bénéficiaires.

D’ailleurs, il a soulevé ce problème lors de son entretien avec le ministre d’État du Pétrole Musadik Malik. Ce dernier a donc assuré de s’entretenir avec la banque centrale pour la suppression de la taxe.