Gros coup de gueule de Patrick Bruel ! En effet, le chanteur fait désormais monter la voix face aux mesures « irrationnelles » de l’Etat. Les détails.

 

La pandémie a fait de nombreux dégâts en France. En plus des nombreuses pertes humaines, c’est toute l’économie de la Nation qui est en péril. Et pour cause, l’Etat a dû fermer de nombreux endroits. Si cette mesure était indiscutable dans tout le pays lors de la première vague de pandémie, il semblerait que ce ne soit plus le cas maintenant. BFMTV a donc tenu à ouvrir un débat sur le sujet le 13 décembre dernier. Et parmi ses invités, l’illustre chanteur Patrick Bruel qui est actuellement sur tous les fronts pour le secteur artistique.

Face caméra, le chanteur de « Qui a le droit » a fait connaître son mécontentement par rapport à cette situation. Un gros coup de gueule sans précédent à celle que l’on connaît des autres artistes. Serait-ce une occasion pour lui de se faire entendre par les autorités et peut-être apporter un peu de changement ? Ferocee vous dévoile les détails de son entretien de A à Z !

Une mise en garde contre le coronavirus


Malgré son désaccord face aux mesures prises par le gouvernement pour ce confinement, Patrick Bruel est un artiste responsable. Il n’hésite d’ailleurs pas à sensibiliser les téléspectateurs à ne pas prendre de décision irresponsables qui pourraient mené à contracter la maladie. Rappelons que ce dernier avait contracté le covid en début d’année. Une épreuve qui l’a beaucoup marqué étant donné que la guérison a été particulièrement difficile.

Il met d’ailleurs la population en garde, « Faites gaffes, c’est une saleté ». Pour lui, s’il est possible de se prémunir pour ne pas l’attraper, autant être le plus prudent possible. D’autant plus que les soins n’ont pas les mêmes effets sur tout le monde. Il serait donc plus judicieux de se protéger pour éviter tout désagrément avec la maladie.

Le secteur culturel en péril !


Depuis le début du mois de novembre, de nombreux endroits ont de nouveau été fermés au public. Les mesures de confinement sont toutefois plus souples que lors des premiers mois de pandémie. Ainsi, le métro et d’autres endroits publics ont pu être de nouveau accessibles à la population. Malheureusement pour le secteur culturel, les dégâts continuent de pleuvoir. Et pour cause : librairies, théâtres et salles de concert sont encore fermés pour le moment. De quoi priver les artistes de leur seul gagne-pain.

Face à cette situation, de nombreuses protestations se font entendre. Il faut dire que les artistes et les professionnels de la restauration ne sont pas du tout contents de ce qui se passe. Pour ces derniers, de nombreuses mesures prises par le gouvernement sont contradictoires. Et le sujet est bien revenu sur le plateau de BFMTV le 13 décembre dernier.

« C’est stupide ! »


Cette fermeture des lieux culturels est particulièrement mal vue par le chanteur. Pour Patrick Bruel, « c’est stupide » de dire que les artistes ne sont pas essentiels. N’oublions pas que ces derniers ont pour principale mission de ramener un peu de bonheur aux gens. En plus de cet aspect essentiel à la population, le chanteur appelle le gouvernement à voir ce qui se passe pour les artistes.

En effet, faute de concerts et de sorties publiques, les finances de ces derniers ne pâtissent considérablement. Pour eux, la situation est de plus en plus désastreuse puisqu’ils ne profitent pas des subventions de l’Etat face à cette perte d’activité. Il enjoint donc le gouvernement à sa façon de faire car « un avion bondé n’est pas moins dangereux qu’un théâtre » ! D’autant qu’il suffit d’instaurer les bonnes mesures pour que tout le monde y trouver son compte.