Face à la pénurie de logements au Canada, le Premier ministre du gouvernement propose une mesure dans sa campagne électorale en 2021. Dans ce sens, cette mesure du gouvernement consiste à retirer aux étrangers le droit d’acheter des logements jusqu’en 2025. D’un autre côté, les experts ne manquent pas d’apporter leurs points de vue par rapport à cette mesure proposée par Justin Trudeau.

Pénurie de logements au Canada


En effet, le gouvernement opte pour une nouvelle mesure dès le 1er janvier 2023 pour remédier à la pénurie d’habitations.

Dans ce sens, le gouvernement canadien vise à relancer le marché immobilier en adoptant cette mesure.
Apparemment, le Premier ministre Justin Trudeau a instauré une nouvelle loi pour les deux prochaines années.

Notamment, les étrangers n’ont plus le droit d’acheter des logements au Canada durant cette période définie par le gouvernement.
Par ailleurs, le gouvernement prend cette décision exceptionnelle pour lutter contre la pénurie de logements au Canada.

La mesure prise par le gouvernement


En effet, cette décision du gouvernement pour remédier à la pénurie de logements au Canada concerne particulièrement les étrangers.
Dans ce sens, dans le cadre de cette mesure, les étrangers ne peuvent pas acheter de maisons et des appartements.

Par ailleurs, il s’agit d’une mesure proposée par le parti libéral de Justin Trudeau lors de la campagne électorale en 2021.
Apparemment, dans le but de relancer le marché immobilier au Canada jusqu’en 2025 pour lutter contre cette pénurie.

Notamment, Justin Trudeau affirmait à l’époque que les investisseurs étrangers tirent les prix vers le haut au détriment des canadiens.

Le point de vue des experts


En effet, l’association des agents immobiliers tient à partager son avis par rapport à cette mesure du gouvernement.

Dans ce sens, le prix moyen d’une maison s’élève à 630.000 dollars canadiens le mois dernier, contre 800.000 un an plus tôt.
Apparemment, un bon nombre d’experts remettent en cause cette décision du gouvernement pour lutter contre la pénurie.

Notamment, l’agence nationale des statistiques affirme que les étrangers ne représentent que moins de 5% des propriétaires de logements au Canada.
Par conséquent, ils estiment qu’il vaudrait mieux se pencher vers l’accélération de la construction de logements neufs.