La situation dans l’hexagone devient plus inquiétante avec la pénurie de médicaments. De nombreuses catégories de médicament pourraient disparaitre dans les pharmacies. Ce serait en raison des difficultés d’approvisionnement.

Pénurie de médicaments, une situation dramatique


La situation devient critique. À cause du froid, le nombre de malades atteints de la grippe, de bronchiolite ou de Covid augmente. Par la suite, la demande de médicaments explose. En effet, les achats ont doublé par rapport à l’année dernière.

De ce fait, les pharmacies sont victimes d’une pénurie de médicaments grandissante. De plus, la liste de médicaments manquants s’allonge de jour en jour.

La demande augmente fortement alors que la production n’arrive plus à suivre. La plus visée pour l’instant concerne les antidouleurs adultes et enfants et les antibiotiques.

De tensions d’approvisionnement


La rupture concerne deux molécules qui sont le paracétamol et l’amoxicilline. Cela s’observe particulièrement pour les formes pédiatriques. En effet, 70 % des officines déclarent avoir une pénurie d’amoxicilline pour enfant venant d’une quinzaine de fabricants. La situation survient également pour le paracétamol pédiatrique comme l’Efferalgan ou le Doliprane.

La pénurie de médicaments survient à cause de véritables tensions d’approvisionnement. En effet, à la mi-août, les ruptures concernent 12,5 % contre 6,5 % en janvier dernier.

Concernant l’amoxicilline, la baisse de la demande pendant la crise sanitaire liée à la Covid a eu un impact négatif. Certains fabricants ont décidé de baisser leur production. Par ailleurs, après la levée des restrictions sanitaires, la demande a grimpé

Selon les spécialistes, la pénurie de médicaments résulte à des difficultés d’approvisionnement en matière première. La situation actuelle vient également de la guerre en Ukraine et de la hausse des prix de l’énergie et des transports.

Quelles solutions adoptées face à cette pénurie ?


Face à la pénurie de médicaments, les pharmacies ont limité la vente de paracétamol. Désormais, ce serait deux boîtes par personne. Ils pourraient être appelés à réduire le nombre de médicaments indiqué sur l’ordonnance. Ou même limiter la prise de paracétamol à trois fois par jour. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) appelle également chaque patient à ne pas stocker des médicaments chez eux.

La situation actuelle nécessite une relocalisation de la production des médicaments en France. D’ailleurs, ce projet serait en cours avec la réouverture de sites de production. Une belle initiative, mais en attendant, on espère que cette pénurie de médicaments soit réglée dans les semaines ou les mois à venir.