Le risque élevé d’une pénurie d’électricité en France pour cet hiver 2022 pousse le président à opter pour la sobriété énergétique. Dans ce sens, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité RTE évoque des prévisions de consommation particulièrement attendues dès l’automne. Apparemment, l’affolement des prix de l’énergie, les tensions sur l’approvisionnement en gaz et l’indisponibilité du parc nucléaire entraineront des délestages.

Pénurie d’électricité pour cet hiver


En effet, nous nous demandons si la sobriété énergétique prônée par Emmanuel Macron pourra nous éviter une pénurie d’électricité pour l’hiver.

Dans ce sens, France Info rapporte que 32 des 56 réacteurs nucléaires d’EDF font l’objet de coupures, une situation préoccupante.
Le RTE indique à Ouest-France que les demandes trop importantes pourront diminuer de 5 % la tension de l’ensemble du réseau.

Par la suite, cette situation va provoquer des modifications presque imperceptibles pour les particuliers, mais grandes pour le gestionnaire.
Apparemment, ce rabais de 5 % va permettre à RTE d’économiser jusqu’à l’équivalent en électricité de plusieurs réacteurs nucléaires.

Dispositif de délestages tournant


En effet, pour éviter cette pénurie d’électricité, Xavier Piechaczyk affirme qu’il faut une baisse de 15% aux heures les plus tendues.

Dans ce sens, le directeur de RTE évoque les mesures à adopter pour affronter l’hiver sereinement en termes d’énergie sur Echos.
En même temps, le Premier ministre Elisabeth Borne évoque également la solution des délestages tournants si le rabais ne suffit pas.

Apparemment, France Inter rapporte qu’il s’agit de coupures de deux heures au maximum sur le réseau électrique.
Notamment, ce dispositif se déroulera sur des plages horaires indiquées à l’avance de manière à toucher les usagers les moins prioritaires.

Départements privés d’énergie


En effet, plusieurs départements qualifiés comme des péninsules énergétiques constituent les zones les plus exposées pour ce délestage rotatif.

Dans ce sens, elles sont moins interconnectées au réseau et n’ont quasiment pas de moyen de production propre.
Par conséquent, un associé en charge de l’énergie chez Wavestone affirme qu’elles restent plus exposées aux risques de coupures d’électricité.

Apparemment, France Info cite les Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes et les Alpes-Maritimes parmi ces péninsules énergétiques.
De plus, le Bouches-du-Rhone, le Var, le Vaucluse, les Cotes d’Armor, le Finistère, l’Ille-et-Vilaine ainsi que le Morbihan subiront une pénurie.