Philippe Bouvard a une vie et une carrière bien remplie. Du haut de ses 91 ans, c’est toujours un autodidacte apprécié. En regardant les choses en face, cet écrivain s’ouvre à des confidences qui affectent son moral.

Son parcours professionnel

Attiré dès son plus jeune âge par le journalisme, il a débuté sa carrière dans la presse écrite. Il a ensuite enchainé les émissions télévisées et dans les stations radio. Mais son émission culte est « Les Grosses Têtes » en 1977 qui est classée parmi les émissions les plus écoutées en France.

Philippe Bouvard est également un auteur à plume. Il inscrit à son actif une soixantaine de livres et même des pièces de Théâtre. Installé dans le sud de la France, il est en pleine écriture de son prochain ouvrage.

Philippe Bouvard et le COVID

Le journaliste est l’une des nombreuses personnalités atteintes par le coronavirus. Même s’il n’était qu’asymptomatique, il souffre encore des séquelles laissées par la pandémie. L’humoriste affirme qu’il a échappé au risque fatal provoqué par ce virus.

Pas tout à fait remis de cette épreuve, Philippe Bouvard s’est fait vacciner pour la troisième fois. Plus fatigué que d’habitude, il ajoute « j’ai néanmoins vécu normalement ». Son livre intitulé « On s’en souviendra » sorti en octobre 2021 parle de cette dure étape de sa vie. Il a trouvé l’inspiration et les anecdotes de ce livre à partir de sa maladie et de son isolement.

Philippe Bouvard déprimé

Compte tenu de son âge, l’homme de lettres pense qu’il est arrivé au bout de sa vie. Cette situation le perturbe et le génie de la lettre française avoue de regarder la mort en face. Ne sortant plus presque de chez lui, il a une baisse de moral importante. D’ailleurs, il cite « le néant à perpètre, ce n’est pas très réjouissant ».

Il n’envisage pas de prendre complètement sa retraite, Philippe Bouvard se définit comme en « disponibilité perpétuelle ». Il conserve toujours des activités en tant que consultant auprès de plusieurs médias.