Lundi 15 mars dernier, Le Monde a publié les déclarations de huit femmes ayant dénoncé les agissements de PPDA. Ce dernier qui est actuellement sous le coup d’une enquête pour viols. Parmi elles y figurait une jeune femme qui a relaté une scène dingue qui se serait déroulée en 2015.

PPDA accusé de viols, Huit nouveaux témoignages


Comme elle préférait garder son anonymat, Le Monde l’a nommé Laetitia. En effet, selon son témoignage, elle a fait la connaissance de Patrick Poivre d’Arvor, en 2015. À l’époque, le présumé coupable était encore la star de 20h de TF1. Comme sept autres femmes, elle a accepté de raconter sa triste expérience sur les agissements de l’ex-mari de Claire Chazal. Elle avait précisé : «Je n’ai pas été traumatisée». On peut dire que Laetitia est chanceuse par rapport aux autres présumées victimes, même si elle a dû se barricader dans sa propre chambre d’hôtel en pleine nuit.

Patrick Poivre d’Arvor et Laetitia étaient en déplacement dans l’ouest de la France pour un salon littéraire. Alors qu’ils étaient à un diner, le journaliste lui pose de nombreuses questions très intimes. Ainsi, elle était mal à l’aise durant tout le diner. Pourtant, ce que la jeune femme ignorait, c’est que ce n’est que le début d’une soirée cauchemardesque.

«Vers 4 heures, il tambourine à ma porte»


En effet, le journaliste emblématique de la première chaine a laissé un mot ainsi que son numéro de portable à l’attention de Laetitia à la réception de l’hôtel. Mais dans sa déclaration, la jeune femme a raconté qu’elle a décidé de ne pas l’appeler et d’aller tout de suite se coucher.

Laetitia confie au Monde : «Vers 2 heures du matin, le téléphone de la ligne fixe de la chambre de l’hôtel sonne. Je me dis : qu’est-ce que c’est que ce bordel? Je décroche. Et là, j’entends : “Laetitia, c’est Patrick’». Elle explique avoir fait mine de ne pas comprendre ce qu’il se passait avant de raccrocher le téléphone. Mais visiblement, déterminé, Patrick Poivre d’Arvor ne s’est pas arrêté là. Ainsi, il enchaine les appels à tel point qu’elle « arrache le fil ».

Mais alors qu’elle arrive à s’endormir, Laetitia a été interrompue dans son sommeil. Elle a raconté à nos confrères : «Vers 4 heures, il tambourine à ma porte. “C’est Patrick, ouvre-moi, j’en peux plus.” Je faisais semblant de dormir, j’étais à pas de loup, sur la moquette, pour mettre une chaise devant la porte, au cas où». Alors que le lendemain elle se retrouve dans le train de retour avec PPDA qui aurait fait comme s’il n’était rien passé.

«Il y a tellement de saloperies qui ont pu être dites»


En réalité, les témoignages de ses huit femmes sont glaçants. De plus, ils rejoignent deux autres déclarations publiées quelques jours plus tôt par Closer. Il s’agit de deux femmes qui évoquaient que Patrick Poivre d’Arvor est un « prédateur sexuel ».

Si l’on se remémore, PPDA est accusé de viols à la suite d’une plainte déposée par l’auteure, Florence Porcel. Cette dernière qui l’accuse de l’avoir abusé sexuellement à plusieurs reprises entre 2004 et 2009. Face à la situation, le journaliste a démenti toutes les accusations à son encontre dans le Quotidien le 4 mars dernier. Il avait indiqué : «Il y a tellement de saloperies qui ont pu être dites, je voulais m’en expliquer». Par l’intermédiaire de son avocat, il a de nouveau déploré «des témoignages à charge qui voudraient faire de [lui] un homme au comportement pressant à l’égard des femmes, voire irrespectueux de leur consentement. […] Il conteste les quelques allégations qui lui ont été communiquées en amont de la publication du présent article». Affaire à suivre…