L’Assemblée nationale a voté la poursuite de la prime Macron jusqu’en 2023. De ce fait, elle sera versée dans quelques jours. En effet, pour soutenir les Français, le gouvernement opte pour des mesures de soutien en faveur du pouvoir d’achat.

La prime Macron


La loi du pouvoir d’achat du 16 août 2022 regroupe la prime Macron et de nombreuses mesures d’aide financière pour contrer l’inflation.
Concernant la prime Macron, appelée également prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (PEPA), prime de partage de la valeur (PPV), elle est reconduite pour 2022 et 2023. En 2024, elle va être présentée avec d’autres conditions.

Il s’agit d’ailleurs d’une promesse d’Emmanuel Macron lors de sa campagne présidentielle. Il s’agit de tripler le plafond de cette prime dans le cadre du projet de loi sur le pouvoir d’achat.

Cette nouvelle prime est versée par les entreprises pour leurs salariés sur la base du volontariat. Le montant est de 1 000 euros nets par salarié et 2 000 euros dans certains cas. De ce fait, les entreprises vont bénéficier d’une exonération de charges fiscales.

Les primes ne sont pas imposables pour les salariés. La prime Macron s’adresse aux salariés avec un revenu inférieur à 3 774 euros nets par mois avec exonération d’impôt jusqu’à fin 2023. C’est-à-dire, une rémunération inférieure à 3 SMIC.

La date de versement

La prime Macron est versée rétroactivement à partir du 1er juillet 2022. Elle peut être versée aux salariés en une ou plusieurs fois au cours de l’année civile. Par contre, le versement doit apparaître sur une ligne spécifique en raison des exonérations associées ou sur bulletin de salaire du mois de versement.

Pour mémoire, pendant ces trois dernières années, environ 5 millions de Français par an ont bénéficié de cette prime. Le montant est de 500 euros. Cependant, le montant de la prime Macron pour 2022 et 2023 n’a pas triplé.

Les plafonds et conditions de la prime


Ce sont les plafonds qui ont été triplés. Le montant est passé de 1000 à 3000 euros pour toutes les entreprises. De 2 000 à 6 000 euros pour les entreprises de moins de 50 salariés ayant signé un accord d’intéressement ou de participation.

À souligner par contre que le versement de la nouvelle prime Macron dépend de la volonté de l’entreprise.

Les bénéficiaires sont les salariés qui ont un contrat de travail, aux intérimaires à disposition de l’entreprise utilisatrice. Ou encore aux agents publics de l’établissement public et aux travailleurs handicapés possédant un contrat de soutien et d’aide par le travail.