Quand il a décidé d’épouser Meghan Markle, le prince Harry a totalement rejeté l’idée d’un éventuel contrat de mariage. Plus tard, si les choses tournent mal le prince de Sussex risquerait de regretté cette décision. Aujourd’hui nous allons parler des détails de ce fameux contrat.

Le prince ne veut pas de contrat avec Meghan Markle


En effet, une source proche nous a confié que quand un avocat avait suggéré cet accord, le prince se fâchait.
Notamment, il avait une totale confiance en Meghan Markle, la mère de ses enfants sinon il ne l’épouserait pas.
De plus, le prince Harry de Sussex considère ce contrat de mariage comme une insulte envers la femme qu’il aime.
Par ailleurs, on se demande ce que ce contrat contient de si offensant pour mettre le prince hors de lui.

Ce qui se passera s’il divorce de Meghan Markle


Evidemment, dans le cas d’un éventuel divorce avec le prince, Meghan Markle devra laisser son titre d’Altesse Royale.
Cependant, pour le cas de l’actrice qui a épousé le prince Harry l’avis du gouvernement et du Premier ministre comptera également.
Par ailleurs, au terme de ce mariage, dans l’éventualité où il y aurait des enfants, la cour royale reçoit la tutelle. Par conséquent, ces-derniers resteront avec leur papa, le prince Harry de Sussex. En même-temps, leur mère pourra leur rendre une visite à chaque fois qu’elle en aura envie.

Le prince protégé par l’immunité diplomatique


Apparemment, le mari de Meghan Markle possède une fortune s’élevant à 14,6 millions d’euros. De plus, dans le cas où la reine Elizabeth II devait mourir, ce-dernier recevra 20 millions d’euros en tant qu’héritage.
Cependant, la princesse de Sussex n’obtiendra rien de toute cette fortune à part une pension alimentaire en cas de divorce.
Notamment, pour le cas de Lady Diana, cette-dernière avait touché 14 millions d’euro en pension alimentaire.
Pour terminer, même si l’épouse du prince Harry n’a pas signé ce contrat, ce dernier aura toujours droit à l’immunité diplomatique. En d’autres termes on ne pourra pas demander un procès contre lui aux États-Unis. Par conséquent, s’ils divorcent, ils devront effectué toutes les formalités en Angleterre.