Le président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau porte plainte pour une coupure de courant à son domicile. En même temps, cette fameuse coupure concerne également d’autres élus soutenant la réforme des retraites. Ce militant pour ce mouvement de réforme dénonce l’exercice de pression face au débat d’idées et à la confrontation des opinions dans une démocratie.

Bruno Retailleau porte plainte pour une coupure de courant


En effet, Bruno Retailleau porte plainte pour une coupure de courant à son domicile en évoquant l’exercice de pression. Le président des sénateurs LR décide de déposer plainte contre X pour mettre fin à ces agissements illégaux. La mobilisation contre la réforme des retraites continue ses actions coups de poing pour appuyer les manifestations.

Par conséquent, les grévistes se retrouvent face à des des coupures d’électricité ciblées, selon les confidences du président du groupe Les Républicains au Sénat. Bruno Retailleau confie mercredi dernier que son domicile en Vendée subit une coupure de courant ciblée. Cette coupure concerne également plusieurs maisons situées à proximité.

Plusieurs élus ciblés


Apparemment, Bruno Retailleau porte plainte pour une coupure de courant à son domicile comme il estime qu’il s’agit d’un exercice de pression. Le président des sénateurs LR affirme que « D’autres parlementaires ont d’ailleurs été ciblés de la même façon ces derniers jours ». Notamment, le cas de la permanence de la députée Renaissance du Lot Huguette Tiegna, située dans le centre de Figeac. Cette permanence se retrouve privée d’électricité lors d’une journée de mobilisation en janvier.

Dernièrement, la branche Île-de-France de la CGT mines – énergie a revendiqué le « basculement » de la permanence de Gérard Larcher. Cette coupure d’électricité concerne également plusieurs milliers d’habitants du fief du ministre du travail Olivier Dussopt.

Mobilisation pour la réforme des retraites


En effet, la CGT avait menacé de réaliser des coupures d’électricité ponctuelles avant la mobilisation du 20 janvier dernier. Ces coupures concernent les permanences des parlementaires qui soutiennent la réforme des retraites.

Le secrétaire général de la fédération CGT des mines et de l’énergie accorde une interview auprès de BFMTV pour apporter quelques justifications. Sébastien Menesplier affirme dans le cadre de sa prise de parole que « La grève c’est bien mais ça ne suffit plus ».

Apparemment, Bruno Retailleau dénonce ces actes de malveillance qui traduisent une dérive où la violence l’emporte sur le dialogue. Il s’agirait de l’exercice de pression face au débat d’idées et à la confrontation des opinions dans une démocratie.