Selon le discours d’Élisabeth Borne sur la réforme des retraites, l’âge légal de départ à la retraite passera de 62 à 64 ans. Dans ce cas, pour une pension à taux plein, il faudrait prendre en compte le critère de la durée de cotisation.

Réforme des retraites, vers une modification de la durée de cotisation


Le mardi 10 janvier 2023, la Première ministre Élisabeth Borne a annoncé les nouvelles dispositions concernant la réforme des retraites. L’âge l’égal de départ à la retraite sera de 62 à 64 ans. Par ailleurs, cette annonce apportera quelques changements au niveau de la durée de cotisation.

Donc, si actuellement elle est de 42 ans, équivalent à 168 trimestres, en 2027, elle sera de 42 ans c’est-à-dire 172 trimestres. De plus, les retraités qui ont leurs trimestres avant leurs 64 ans sont dans l’obligation de continuer à travailler pour atteindre l’âge légal de départ.

Par ailleurs, il y a une exception pour certaines personnes. Ceux qui ont une retraite à taux plein peuvent partir avant 64 ans comme les invalides, les handicapées ou ceux qui ont des carrières très longues. C’est également le cas pour les personnes qui exercent un métier pénible.

Par ailleurs, l’annulation de la décote à 67 ans sera maintenue. Les salariés ne possédant pas tous ses trimestres pourront bénéficier d’une retraite à taux plein. Dans ce sens, le montant de la pension sera au moins 1 200 euros brut par mois.

Quelques points à retenir du discours de la Première ministre


En résumé, ce que l’on peut retenir du discours d’Élisabeth Borne sur la réforme des retraites est que l’âge légal de départ en retraite sera de 64 ans en 2030. De ce fait, la durée de cotisation pour une retraite à taux plein sera de 43 ans dès 2027. À souligner que ces changements se feront de manière progressive.

Puis, la réforme des retraites engendrera la fin des principaux régimes spéciaux. Ensuite, la pension minimale sera de 1 200 euros net par mois. Cependant, ce projet ne fait pas l’unanimité. Beaucoup ont un avis négatif sur cette décision. Dans ce sens, ceux qui sont contre ce changement vont se mobiliser à partir du 19 janvier.

Les arguments du gouvernement


Ce projet de réforme des retraites aurait pour but de redresser un régime qui fait face à un déficit d’une vingtaine de milliards d’euros. D’ailleurs, la Première ministre a annoncé lors de la conférence de presse la baisse de nombre de personnes qui cotisent par rapport au nombre de seniors.

Selon Bruno Le Maire, la réforme des retraites permet au régime de passer des 13,5 milliards d’euros de déficit en 2030. Dans ce cas, les caisses de retraite pourront bénéficier de 17,7 milliards d’euros la même année.

Le ministre de l’Économie a également souligné que l’exécutif gagnera une cagnotte de 4,2 milliards d’euros. Un moyen de financer les mesures d’accompagnement et 3,1 milliards d’euros servira à financer les départs à la retraite anticipée. Ainsi, les mesures leur coûteront 1,7 milliard d’euros.