Les personnes concernées se demandes si la revalorisation du taux du Livret A dès le 1er mai représente une bonne ou une mauvaise nouvelle. Le contexte économique actuel marqué par une forte inflation semble propice à une hausse exceptionnelle du taux du Livret A. Et pourtant, l’espoir reste toutefois assez mince malgré une possibilité prévue par les textes.

Revalorisation du taux du Livret A


En effet, la revalorisation du taux du Livret A dès le 1er mai devrait passer à 3,50% compte tenu de l’inflation. Cependant, la révision se basant sur la base de l’inflation et des taux monétaires actuels n’intervient que deux fois par an. La première échéance du 1er février dernier apporte une hausse d’un point, de 2 à 3%. Nous attendons impatiemment de connaître la valeur du taux pour la seconde échéance en août.

Par ailleurs, une actualisation dès le 1er mai reste tout de même envisageable, selon le texte réglementaire. Une révision des taux au 1er mai ou au 1er novembre si la Banque de France estime que la variation de l’inflation le justifie.

Un contexte propice à une forte hausse


Le contexte économique actuel semble propice pour déclencher cette la revalorisation du taux du Livret A dès le 1er mai. En effet, l’inflation de 5,6% en mars, selon l’Insee reste forte malgré une petite baisse. La hausse historique des taux monétaires favorise également cette révision des taux intérmédiaire.

Apparemment, ce taux interbancaire utilisé dans le calcul du Livret A, est passée de -0,58% en juillet 2022 à 0,56% début janvier. Actuellement, la moyenne semestrielle de l’€ster dépasse les 1,70% et devrait s’approcher des 3% d’ici à la fin du 1er semestre 2023.

Par conséquent, le taux « technique » du Livret A devrait approcher des 4,50% le 1er août prochain. Ce qui entraîne une nouvelle ruée des épargnants, qui garnissent actuellement leur Livret A comme jamais.

La réaction de la Banque de France


Par ailleurs, relever d’un cran le taux du Livret A dès le 1er mai représente une bonne nouvelle pour la Banque de France. En lissant la hausse promise pour août, avec l’espoir de banaliser l’événement que représente la hausse de la rémunération du produit d’épargne le plus détenu en France.

Apparemment, il s’agit d’une arme à double tranchant qui va également ramener le Livret A dans l’actualité déclenchant de nouveaux dépôts. La Banque de France préfère freiner la hausse du taux du Livret A comme en janvier dernier. Hors de question d’amener le taux du Livret A vers de trop hauts sommets, au risque de fragiliser le financement de l’économie. La Banque de France estime également de l’inflation se calmera en fin d’année.