Depuis des années, les travailleurs dans le domaine de la santé nous ont alerté. Le système est en train de couler, voici les signes.

Un appel à l’aide que l’on refuse d’entendre ?


Depuis des années, on a entendu les soignants se plaindre. En effet, ils alertaient au sujet du système de santé. Cette dernière est actuellement au bord du gouffre. Désespérés, les soignants redoublent l’écho de leurs voix pour se faire entendre.

Depuis la récente pandémie, on a pu dévoiler au grand jour les failles de ce système. Pourtant, on dirait que les choses n’avancent pas. D’ailleurs, actuellement, les médecins sont en guerre contre le gouvernement. En effet, l’année 2022 a fini sur une grève des médecins et une triple épidémie. Ces épidémies sont celles du Covid, de la bronchiolite et de la grippe.

Le système de santé au plus mal


Bien avant l’arrivée du Covid, les hôpitaux étaient déjà débordés de personnes nécessitant des soins. Mais cette pandémie a empiré la situation. Puis, avec cette triple épidémie qui frappe toute la France, la situation est loin de s’arranger.

Lundi dernier, selon un témoignage sur Franceinfo, on a effectué 250 passages aux urgences à l’hôpital de Saint-Denis. Or, en moyenne, ils ne faisaient qu’entre 170 et 180 le lundi. Cette saturation des hôpitaux est un des signes les plus marquants de l’annonce de l’écoulement du système sanitaire en France.

Les soignants en sous-nombre


Face à une horde de patients, nous n’avons, à travers le pays, qu’une poignée de soignants sur place. En effet, la France manque cruellement de soignants.

Et malgré les milliards déversés depuis 2020 pour améliorer cette situation, elle reste la même. Ainsi, certains hôpitaux font appel à des vacataires. Or, comme ces derniers ne sont pas des habitués du service, cela ralentit le travail de tout le personnel.

En effet, le vacataire doit encore s’adapter à son nouvel environnement. Or, on parle de milliers de vies qui sont en jeu. Mais, à côté de ces vacataires, il y a aussi ces soignants qui sont à bout. En effet, croulant sous la montagne de travail qu’ils doivent exécuter chaque jour, ils perdent espoir. D’ailleurs, leurs conditions de travail ne les motivent guère à continuer. Ainsi, nombreux sont ceux qui abandonnent en cours de route.