L’entreprise américaine propriétaire du scrabble a rénové le jeu. En plus des règles qui ont changé, certains mots ont été supprimés.

Le scrabble, un jeu qui a presque un siècle


Marquant des dizaines de générations, ce jeu est adoré par des millions de personnes à travers le monde. D’ailleurs, l’année prochaine, il soufflera sa 75ième bougie. En effet, cela fait plusieurs décennies que ce jeu est sur le marché. Mais malgré cet âge, il n’a pas perdu en popularité. Au contraire, chaque année, il est toujours en tête des ventes.

D’ailleurs, le jeu est devenu tellement populaire au fil des ans qu’à partir de 1991, des championnats officiels furent organisés. Ainsi, à travers le monde, il y a des joueurs de scrabble professionnels. Pour certains adeptes du jeu, il s’agit même d’un vrai métier et non d’un simple passe-temps.

Des règles qui font débat


Lorsqu’on joue au scrabble, les règles créent des divergences autour de la table. En effet, il arrive que certains créent leurs propres règles. Il y a aussi ceux qui modifient les règles mentionnées dans les instructions trouvées dans la boite qui contient le jeu. Ainsi, même si le principe reste à peu près le même, la manière de jouer est très variée. Par exemple, il arrive que certains joueurs inventent des mots à mettre dans les cases.

Pour mettre en place des règles universelles, l’entreprise américaine propriétaire du jeu ont sorti une invention révolutionnaire en 1989. Il s’agit du livre qui renferme tous les mots considérés comme valides. Tous les quatre ans, un comité de rédaction détermine les mots à ajouter ou à retirer de ce fameux livre.

Scrabble exclue des mots problématiques.


Cette année, « Officiel jeu scrabble », le livre qui contient les mots valides pour le jeu, va être renouvelé. En effet, BFMTV a rapporté que le comité de rédaction effectué une annonce qui va dans ce sens. Ils ont communiqué une liste de mots qui ne seront plus valides dans le jeu. Il s’agit des mots constituant une incitation à la haine et à la discrimination.

Au départ, l’entreprise a prévu d’exclure 109 mots. Mais après concertation ave le comité de rédaction, ce nombre a été réduit à 62. En effet, le comité a souligné que supprimer autant de mots relève de la censure. Cette décision est mal accueillie par certains. Mais pour d’autres, il s’agit là d’un grand pas vers l’évolution.