Slimane connaît une montée en puissance depuis sa participation à The Voice. Mais son succès dans la carrière musicale, il le doit aussi… à une peine de cœur.

Nikos Aliagas dédie un podcast à l’émission The Voice ce lundi 20 septembre. À son micro, le présentateur s’est entretenu avec Slimane. Ce chanteur en herbe dévoile alors son vécu au moment de son audition à l’aveugle. Une histoire qui a valu sa réussite !

Les triomphes du télé-crochet culte de TF1

La une a donné le coup d’envoi de The Voice All Stars le samedi 11 septembre dernier. Les deux premières grandes soirées affichaient un concept très spécial. La production a en effet prévu un retour des candidats marquants à l’audition à l’aveugle. À l’occasion du 10e anniversaire de l’émission, Anne Sila s’est présenté durant le premier épisode. Louis Delort, quant à lui, est revenu lors du deuxième épisode. Leur réapparition sur la scène a épaté le jury.

Entre autres, Slimane, le gagnant de la saison 5 fait la grande fierté de ce télé-crochet. Il achemine dans la réussite depuis sa participation à The Voice. Le chanteur de 31 ans enchaîne en ce moment les concerts avec Vitaa dans différentes villes de France. Pendant leur tournée, les deux artistes assureront la promotion de leur album commun « Versus. »

Slimane raconte ses sentiments cachés lors de sa première audition

L’interprète du titre « Paname », nous livre son parcours sur TF1 qui lui a donné l’occasion de prospérer dans la musique. Face à Nikos Aliagas, il révèle comment il a vécu son premier passage à The Voice. Pendant son audition à l’aveugle, le candidat réalisait une prestation impressionnante. Et pourtant, son cœur souffrait ! Mais poussé par ses sentiments, il a convaincu le jury à l’unanimité.

« J’avais une idée de dernière chance parce que ça faisait des années que j’essayais de connaître le succès, que je me trimballais de partout », a-t-il entamé. Puis, il a poursuivi avec l’histoire de sa dépression amoureuse qui lui a fait perdre 30 Kg. Il a ensuite déclaré : « Pour la première fois, je ne chantais pas pour qu’on me dise que je chantais bien mais je chantais pour que cette personne-là m’écoute ».