Ce vendredi 8 octobre, l’animatrice d’Affaire Conclue a gaffé alors qu’un vendeur faisait son entrée sur son plateau. Par la suite, Sophie Davant a voulu s’excuser de ce qu’elle a fait toujours à l’antenne.

Un mois d’octobre parsemé de bourdes, malgré leurs efforts


Apparemment, on voit de plus en plus de bourdes sur le plateau d’Affaire Conclue ce mois-ci. Lundi dernier, la présentatrice n’avait pas compris comment fonctionner les tables gigognes. Alors qu’un vendeur est venu leur présenter à elle et le commissaire-priseur son produit. La situation lui a prise de court, que Sophie Davant s’est exclamée : “Vive la blonde ! Il y a des moments où je me sens très très seule !”. Un grand moment de gêne donc elle a voulu se rattraper en disant “pardon”.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sophie Davant (@sophie_davant)

A ce moment, aux côtés de Harold Hessen, l’ancienne compagne de Pierre Sled comprend qu’elle ne sait pas tout sur tout. D’ailleurs, dans cette émission de France 2, les fous rires s’enchaînent suite aux bourdes commises. Notamment que c’est Sophie Davant, elle-même qui s’engouffre souvent face aux vendeurs de passage. Puis, ce vendredi, le programme attire encore une fois l’attention des téléspectateurs. Puisque Sophie Davant a encore fait des siens. De plus, son équipe l’aurait fait exprès de la délaisser.

Sa mamie ne l’est pas “du tout”


Pour cette occasion, l’animatrice recevait le jeune Léo âgé de 28 ans. Il est arrivé avec une statue de Saint-Sébastien, qui avait appartenu à sa grand-mère. Sophie Davant avance donc que le jeune homme venait “pour rendre hommage” à sa “grand-mère”. Puis, elle enchaîne si cette dernière venait de décéder “récemment”. Toutefois, c’est la grosse boulette pour l’animatrice car la mamie de Léo est loin d’être décédée. Ce dernier réplique : “Non pas du tout, elle est toujours en vie”.

Choquée, Sophie Davant n’a eu qu’a poursuivre avec un “pardon, j’ai vu que c’était pour rendre hommage à votre grand-mère…”. La gêne l’envahit à ce moment qu’elle place ses deux mains sur sa bouche, c’était la gaffe du siècle.