Malgré toutes ces années passés, Soprano n’a pas fini de penser et de se tourmenter par son enfant qu’il a abandonné dans sa jeunesse. Il confie son histoire dans une interview faite à « Sept à huit » sur TF1.

Dans son adolescence, Soprano a eu un enfant qu’il a abandonné à sa naissance. Il parle de cet enfant lors de son interview pour l’émission Sept à huit, en plus de ses sources d’inspiration et de son engagement envers la musique.

L’origine du parcours musical du rappeur américain

Soprano, fils d’immigrés comoriens, s’est battu pour gravir l’échelon dans l’univers musical. Le 7 Octobre 2017, il a fait un concert au Vélodrome. Le stade était rempli et ce fut la première étape vers son succès. Enfant, il était déjà un grand passionné de chant. Même à l’école les autres élèves le remarquaient. « Mes camarades disaient que j’avais la voix aigüe. » disait-il, d’où son surnom Soprano.

Dans son amour de la musique, plusieurs personnes ont été pour lui une source d’inspiration et de motivation. Parmi ces personnes, il y avait Michael Jackson. « Je n’avais que 5 ans. […] Je voulais faire le show comme lui, je voulais donner du bonheur comme lui. » Il y a aussi eu son prof au lycée, Madame Monnier qui a réussi à lui faire prendre goût aux mots. Mais malgré son dévouement pour la musique, ses parents n’étaient pas du même avis que lui sur cette dernière.

Soprano en quête de son enfant !

A l’âge de 16 ans, Soprano a eu un enfant avec sa copine de l’époque. La jeune a placé l’enfant à la Ddass dès sa naissance, sans en avoir parlé avec lui auparavant. « On était trop jeune, c’était compliqué. Pour elle aussi. » a-t-il affirmé. La douleur qu’il a ressentie à cette époque lui a permis d’écrire les meilleurs textes comme Parle-moi. « Un jour peut-être que je te retrouverais ».

En plus de cette tragédie, le rappeur américain a perdu son père suite à l’attaque du corona virus aux Comores. « On a pris un avion mais le temps d’arriver il n’a pas tenu. » Depuis, il ne cesse de se battre chaque jour pour rendre sa famille fière et qu’elle reste soudée malgré tout.