Une propriétaire se retrouve trainée en justice par des squatteurs virés pendant les vacances qui représente un véritable enjeu de société. Dans ce sens, les malheureux propriétaires subissent les conséquences face à ces squatteurs professionnels et ils souhaitent régler le problème. En même temps, cet article peut vous aider surtout dans le cas où vous vous retrouvez face à une situation similaire.

Squatteurs virés


En effet, ces squatteurs virés se retrouvent de plus en plus sous le feu des projecteurs provoquant la colère des propriétaires.

Dans ce sens, une propriétaire qui décide de faire justice elle-même se retrouve au tribunal pour cette affaire.
Apparemment, cette histoire dans l’Aude nous montre à quel point le squat représente un véritable fléau pour les propriétaires.

Notamment, ces intrus qui restent dans votre maison pendant que vous partez en vacances se l’approprient après 48 heures.
Par conséquent, cette propriétaire outrée par le présence de ces squatteurs décide de mettre les étrangers à la porte.

Une propriétaire face à la justice


En effet, ces squatteurs virés qui ont plus de droits que de devoirs rendent la vie des propriétaires infernale.

Dans ce sens, cette situation nous rappelle ce couple dans TPMP qui se plaint de s’être approprié une maison squattée.
Et pourtant, les recherches nous démontrent que le couple était au courant de la présence de cette fameuse famille.

D’un autre côté, Cnews rapporte un autre drame, le cas d’une dame à Carcasonne qui attend les vacances pour agir.
Notamment, la propriétaire devait patienter que ces intrus partent en vacances pour pouvoir récupérer sa maison squattée.

Elle décide de les expulser


En effet, Maria propriétaire d’une petite maison dans la banlieue de Carcasonne décide de résoudre elle-même ce problème.

Dans ce sens, ces locataires qui ne payaient plus leur loyer depuis des mois deviennent des squatteurs et elle veut les expulser.
Apparemment, elle décide de vider complètement la maison, provoquant la colère des squatteurs à leur retour de vacances.

Notamment, la propriétaire confie aux journalistes de Cnews que ces squatteurs préviennent la police et effectuent un constat d’huissier.
Par ailleurs, Maria risque 7 ans de prison et 100 000 euros d’amende comme la loi française protège les squatteurs.