Stéphane Plaza dispose de plusieurs arcs à son épaule. Il gagne sa vie en étant agent immobilier. On le connait aussi en étant l’animateur du groupe M6 pour l’émission “Chasseurs d’appart”. Et pourtant, il est aussi membre des Grosses Têtes.

Les téléspectateurs le connaissent comme étant un homme souriant, plein de joie de vivre et enthousiaste. Toutefois, la vie n’a pas été clémente avec cet homme de 50 ans. Mais il sait bien cloisonner sa vie privée de sa vie professionnelle. D’ailleurs, il protège farouchement cette première.

Un deuil qui le bouleverse encore !


“Je me trouve mieux depuis un ou deux ans. Comme si j’avais passé un cap, peut-être que je souffre moins de la disparition de ma mère”, confie Stéphane Plaza à l’équipe de TV Mag lors d’un entretien exclusif. Il insiste par contre que sa pensée se tourne toujours vers sa mère surtout le matin au réveil.

Stéphane Plaza dispose de plusieurs programmes dans différents projets. Ainsi, il a pu se soustraire à la peine et se tourner vers ses objectifs. Toutefois, le souriant agent immobilier affirme qu’il n’a pas oublié que sans les conseils et leçons de sa mère, il n’aurait pas pu accéder à sa situation actuelle. Malgré les mois qui passent, “sa mère reste toujours au fond de son cœur” avoue l’animateur.

Une vide immense pour le présentateur


En 2016, Stéphane Plaza a perdu sa mère. Cette dernière a lutté contre le cancer qui a pris le dessus sur elle au bout de compte. De nature réservé au sujet de sa vie privée, Stéphane Plaza accepte de se confier à ce sujet dans son entretien avec TV Mag. C’était un deuil très difficile raconte l’animateur en puisant dans ses souvenirs d’antan.

“Je pleure tous les jours, mais quand je croise les gens, je souris parce qu’ils n’ont pas à connaître ma tristesse ” confiait-il à Télé Loisir il y a 4 ans. C’est d’ailleurs cette envie de cacher son malheur au fond de lui qui l’a aidé à monter sur scène un an après avoir enterré sa mère. “C’est un moyen, peut-être, de lui rendre hommage” avouait-il a Thomas Joubert que Europe1 à l’époque.