La suppression de la taxe de d’habitation n’aurait pas seulement des effets positifs sur les citoyens. En effet, cette décision aurait des conséquences sur les finances locales et les propriétaires.

Suppression de la taxe d’habitation

Promise par le Président Emmanuel Macron en 2017, la suppression de la taxe d’habitation se fait aujourd’hui progressivement. Ainsi, sa suppression totale serait prévue pour 2023.

Il faut savoir que cette taxe est un impôt qui profite aux collectivités locales. Son montant varie donc d’une commune à une autre et son taux est déterminé par celle-ci. En général, elle concerne les propriétaires mais également les locataires d’un bien immobilier.

Auparavant, cette taxe était obligatoire mais face à la baisse du pouvoir d’achat des Français, le gouvernement en a décidé autrement. En effet, depuis la crise, sa suppression a été votée pour alléger les contributions de Français. Par ailleurs, cette taxe est souvent perçue comme injuste et désuète car elle ne considère que la surface du logement et non le revenu des résidents et ne serait pas adaptée à son temps.

Réforme entreprise depuis 2018

Depuis 2018, une réforme a été entreprise sur cette taxe. Actuellement, 80% des foyers ne la paient donc plus. En ce qui concerne les 20% restants, sa suppression se fait par étape. Cela se traduit par un allègement de 30% depuis l’année dernière. Ainsi, l’objectif final est que plus aucun foyer ne paie cette taxe en 2023, sur sa résidence principale.

Le dégrèvement de la taxe dépend du revenu fiscal de référence et du quotient familial jusqu’à présent. En effet, si celui-ci ne dépasse pas les plafonds, la taxe est directement supprimée. Par contre, si elle dépasse, les foyers bénéficient d’une exonération partielle dégressive.

Effets de la suppression de la taxe d’habitation

Dans l’ensemble, la suppression de la taxe d’habitation est une bonne nouvelle. En effet, elle permet d’épargner en moyenne 600 euros pour les foyers modestes. Ainsi, la baisse de fiscalité permet de relancer la consommation et d’augmenter l’offre. En ce sens, le domaine de l’industrie qui a été fortement touché par la situation actuelle pourra profiter de cette mesure.

Par ailleurs, au fil du temps, elle s’appliquera pour les plus fortunés et aura un impact conséquent. Cependant, cette suppression ampute les collectivités d’une manne financière et a un impact sur le coefficient de revalorisation forfaitaire des valeurs locatives. Cela engendre malheureusement une perte d’autonomie.

Heureusement, l’Etat s’est engagé à une réaffectation des ressources pour rembourser les recettes de cette taxe. Toutefois, pour renflouer les caisses, les collectivités ont révisé le coefficient de revalorisation forfaitaire des valeurs locatives ce qui a provoqué une hausse de la taxe foncière. Ce serait donc une conséquence indirecte de la suppression de la taxe d’habitation.