Écroué en Tunisie, Swagg Man a été condamné par la justice pour une peine de cinq ans de prison ferme pour escroquerie et blanchiment d’argent.

Le roi de l’outrance


Après plusieurs années de soupçons pour escroquerie et détournement de fonds, le rappeur Swagg Man est désormais derrière les barreaux. Après un long procès qui a beaucoup fait parler, il a été reconnu coupable par le tribunal tunisien qui l’a condamné à cinq ans de prison fermes.

En 2009, le public fait la connaissance de Swagg Man grâce à ses vidéos sur les réseaux sociaux et sur YouTube. Des vidéos qui ont eu beaucoup de succès. Né à Nice en 1988, le rappeur d’origine tunisienne a longtemps défrayé la chronique. Effectivement, il aimait jouer avec l’outrance. Pour preuve, il se produisait en scène avec des liasses de billets avec lesquels il s’amusait. Aussi, il met la barre haute an brulant des billets de 500 euros face aux caméras.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le360 – Français (@le360fr)

Swagg Man condamné à la prison ferme


Plus le temps passe, plus Swagg Man voulait démontrer sa réussite et les sommes monumentales qu’il gagnait avec ses activités. Gros fan de bling-bling, il se fera même tatouer le logo de la marque Louis Vuitton sur sa tête. Par la suite, il tente de percer dans le monde de la musique, notamment le rap, tout en gardant le mystère sur sa vie privée et l’origine de sa fortune. Une carrière très courte qui ne laissera pas un souvenir éternel dans le monde du spectacle. Ainsi, tout le monde se demandait où il avait ses revenus. La justice tunisienne vient d’apporter de la lumière sur le sujet. Pour cause ; le procès a dévoilé la vie cachée de Swagg Man.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par BEVEN TV (@beventv)

Tout s’arrête pour Swagg Man en 2019 quand la Banque Centrale de Tunisie l’accuse de blanchiment d’argent. Pour cause, 17 millions de dinars, environ 6 millions d’euros versés sur son compte tunisien. Un versement qui s’est fait depuis la Suisse. Vraisemblablement, selon le Courrier International, cette énorme somme est réservée à la construction d’une mosquée, d’un centre pour orphelins et à l’achat d’un hôtel. Mais ses explications étaient loin de convaincre les autorités judiciaires. D’ailleurs, le juge a immédiatement demandé un mandat de dépôt à son égard. Après plusieurs années, le mystère sur l’origine de la fortune de Swag Man s’est clarifié.

Une escroquerie à grande échelle


En effet, Swagg Man, de son vrai nom Iteb Zaiteb est accusé d’escroquerie à grande échelle. Le rappeur aurait arnaqué plusieurs dizaines de fans dans les quatre coins du monde en portant le nom de Ryan Sanchez. D’après l’association Swag Auxilium, créée en 2019 à Paris, il aurait promis d’incroyables investissements à des fans de treize à trente-cinq ans dont l’état était particulièrement fragile.

Ainsi, cette association était créée pour centraliser les témoignages de victimes et de les accompagner dans leurs démarches judiciaires contre le principal intéressé. Selon l’association, le nombre de victimes de Swagg Man est à environ 2 000. Parmi ces derniers, une vingtaine ont porté plainte en Tunisie. Ce qui a conduit à l’incarcération de Swagg Man dans le pays en juillet 2019. Après de longues procédures judiciaires, Swagg Man vient d’écoper cinq ans de prison fermes avec une amende de 100 000 dinars soit environ 30 000 euros.