On est déjà habitué à voir Thierry Ardisson et sa langue bien pendue. Cette fois, c’est Jamel Debbouze qui en a fait les frais.

Thierry Ardisson se livre à des confidences


C’est chez le magazine GQ que Thierry Ardisson se confie au sujet de ses relations avec d’autres personnalités. L’animateur semble avoir des différends avec certaines têtes du monde de la culture et de l’audiovisuel. Entre autres, il y a Laurent Ruquier. Ils étaient de vieux amis.

En effet, cela fait 30 ans qu’ils se côtoient. D’ailleurs, ils ont fait « On a tout essayé » ensemble sur France 2. Puis, Thierry lui a même appelé pour le remplacer dans Tout le monde en parle. Mais cette grande amitié prit fin au moment où Laurent n’a plus accepté de retravailler avec lui. En effet, Laurent Ruquier a refusé de collaborer avec lui dans sa nouvelle émission « On est en direct ».

Une autre déception


Au mois de mars, Thierry Ardisson avoua avoir été déçu par Jamel Debbouze. Ce dernier est également son ami de longue date. D’ailleurs, Thierry a même accompagné l’humoriste afin qu’il réussisse ses premiers pas dans sa carrière. L’animateur a toujours admiré le côté franc de Jamel.

En effet, il aime donner son avis au sujet des grandes questions de sociétés. Ses discours sur ces sujets sont toujours aussi extraordinaires les unes que les autres. Mais dernièrement, il aurait arrêté de le faire. C’est ce qui a enclenché la déception de Thierry à son égard. En effet, il aurait aimé que l’humoriste de renom n’abandonne pas cette voie.

Une autre star sur le viseur de Thierry Ardisson


Après Laurent Ruquier et Jamel Debbouze, c’est au tour de Booba de recevoir des coups de la part de l’animateur. En effet, dans une interview, Thierry Ardisson démontre clairement son dégoût vis-à-vis du rappeur. Ce dernier n’aurait jamais fait de vraie mélodie.

On rajoute à cela le fait qu’il ne s’entend avec personne. D’ailleurs, Booba a marqué l’animateur à son apparition à la télévision en 2004. Alors que l’animateur lui demandait « Vous ne souriez jamais, qu’est-ce qui pourrait vous rendre heureux ? », il n’a eu qu’une rafale de gros mots en réponse. Thierry Ardisson a alors jugé que cette attitude est du marketing.