Les distributeurs d’assurance vie sont incités à se lancer dans la transparence des frais d’épargne depuis juin 2022. Pourtant, son exception prend un peu plus de temps que prévu. Face à cette situation, le régulateur Jean-Paul Faugère hausse le ton et appelle à un mouvement des professionnels.

Un débat autour de la transparence des frais d’épargne


La transparence des frais d’épargne est devenue un sujet d’actualité très prisé. Cependant, malgré que tout le monde en parle, personne ne croit plus aux vertus de la transparence dans le monde de la gestion de l’épargne.

De surcroit, avec la situation actuelle concernant l’évolution des produits d’épargne comme l’inflation, la hausse des taux et la menace de récession, il est temps de bouger les choses.

En effet, il serait plus facile de présenter les résultats pour soutenir la qualité des produits vendus au français. Certes, cette action n’a pas connu le résultat espéré, mais il est essentiel de connaitre la vérité en ce temps de crise.

Une stratégie pour mériter la confiance des épargnants


La transparence des frais d’épargne est primordial pour obtenir la confiance à long terme de l’épargnant. Pour cela, il faut commencer en amont. En effet, il doit impérativement avoir les informations les plus simples et les plus complètes possible pour le mettre en confiance parmi les acteurs.

En effet, cela commence de la transparence des frais jusqu’à la performance des solutions que les acteurs lui proposent. Malheureusement, les acteurs du secteur ne proposent pas les mêmes garanties de transparence.

Les réseaux traditionnels, les banques de détail ou privées ne dévoilent aucune information sur les résultats de leur gestion sous mandat. Surtout, pour obtenir une information fournie en mains propres, il faut s’attendre entre un mois et un an de décalage.

D’ailleurs, certaines publicités confient ces procédés de certains établissements qui communiquent en décembre 2022 les résultats de janvier 2021.

Concernant les banques et courtiers en ligne, la situation serait la même. Les mises à jour des informations en ligne sur les mandats pilotés se figent lorsque les marchés commencent à tomber.

Les recommandations pour 2023


Pour mémoire, les frais de gestion et d’entrée des contrats d’assurance vie ont été vivement critiqués en mai 2022. Par la suite, l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Régulation prévoit de faire des recommandations plus précises en 2023. Cela malgré la hausse des taux qui ranime l’intérêt des Français pour les contrats d’épargne.

Le constat est qu’aucun acteur ne possède de performance positive tous les jours. Mais pour avoir une relation de confiance, il est nécessaire de passer les cycles et les périodes moins glorieuses. Dans ce contexte, hausser le ton est justifié afin d’imposer une information claire et régulière.

Le but serait de renforcer la comparabilité et la crédibilité des propositions des professionnels de l’épargne.