Il y a exactement 19 ans, le 8 août 2001, Jean-Paul Belmondo était victime d’un accident vasculaire cérébral tandis qu’il se la coulait douce en Corse avec sa famille. Il était carrément à deux doigts de mourir. A partir de ce moment-là, l’illustre acteur a commencé à affronter un très long et rude combat.

La famille du mythe du cinéma français avait immédiatement appelé les pompiers, ainsi qu’un docteur de l’AMU ou Antenne Médicale d’Urgence. L’équipe se rendait sur place et l’irrévocable diagnostic était tombé. Effectivement, Bebel souffre d’un AVC.

Une intervention d’urgence était nécessaire


L’intervention d’un hélicoptère était requise, car son état était jugé trop critique. Jean-Paul Belmondo était amené au plus vite vers l’hôpital de Bastia. Il a souffert d’une grave paralysie faciale au côté droit, car même s’il était conscient, il ne pouvait pas parler.

Dans la journée, sa famille avait demandé un transfert à Saint-Joseph, un hôpital du XIVe arrondissement de Paris. A cette époque-là, l’acteur était âgé de 68 ans et un très long combat l’attendait afin de récupérer toutes ses facultés.

Un incident dont il s’est finalement remis


Jean-Paul Belmondo a décidé de se livrer à quelques confidences dans un entretien octroyé au Figaro. Il a repensé à cet accident marquant de sa vie, même si d’après son fils, il ne s’est jamais lamenté. En 2014, entièrement remis de cette pénible épreuve, il était élu l’homme le plus stylé sur terre, d’après QG.

« Je pensais qu’il fallait m’en sortir et que je pouvais y parvenir à condition, encore une fois, de le vouloir, comme ils me l’avaient toujours enseigné. Le fait d’être sportif m’a beaucoup aidé. Je me suis réveillé en baragouinant. J’ai mis deux ans à pouvoir reparler alors que le médecin m’avait dit que je ne reparlerais jamais. J’y suis arrivé. Preuve que la volonté permet beaucoup de choses. Et pas seulement dans le cinéma ! »