Cette année, un bar se situant à Lyon a perdu 20 000 euros en refusant de diffuser la coupe du monde 2022. En effet, un mois après les évènements, le bilan est très loin d’être positif.

Un bar a perdu 20 000 euros à cause d’une décision

En boycottant la Coupe du monde de football, le Red House, un bar dans le 08e arrondissement de Lyon a fait une grosse perte. En effet, ils ont perdu 20 000 euros selon Serge Verna, le propriétaire de l’établissement.

Selon ses confidences, il savait qu’il prenait un gros risque en ne diffusant aucun match. En effet, il était conscient que son bar était très populaire auprès des fans de foot. Cependant, pour des raisons morales, il n’a pas changé d’avis.

Après l’arrivée de l’équipe de France en finale, il est possible que le patron regrette sa décision. Toutefois, il serait surtout déçu de certaines personnes.

Regrets du patron du « Red House »

Comparé à 2018, l’année où le bar avait diffusé la Coupe du monde, Serge aurait tiré un goût amer de cette expérience. Avec une perte de près de 20 000 euros sur le chiffre d’affaire, il avoue s’être tiré une balle dans le pied. En effet, économiquement parlant, il s’agit d’un vrai désastre.

D’ailleurs, les soirs de match, le Red House aurait été assez vide. Cependant, à part les pertes financières importantes, le patron serait surtout dégoûté de la tournure de la situation. En outre, il se serait fait tacler par de nombreuses personnes à plusieurs reprises pour cette décision. Il a même dû éviter le sujet pour sortir d’une situation embêtante.

Selon ses propos, personne n’aurait suivi au niveau des bars et cette coupe serait passée commune une lettre à la Poste. Ainsi, de son point de vue, tout le monde s’en fichait réellement. En fait, le patron de l’établissement s’était attendu à ce que les jeunes suivent le mouvement vu de plus en plus de personnes montrent une conscience écologique. Malheureusement, il n’a reçu que très peu de soutien et était vraiment déçu et étonné. Néanmoins, Serge sait qu’il va pouvoir se relever et repartir sur les bonnes bases.