Un petit garçon de 8 ans est décédé à l’heure de la récréation dans une école d’Argenteuil. Il a perdu la vie à la suite d’un malaise cardiaque ce 16 décembre 2021.

Un petit garçon de 8 ans meurt à la suite d’un malaise


Un petit garçon de 8 ans scolarisé en Ce2 meurt à la suite d’un malaise dans la cour de son école. Le drame s’est passé pendant la pause du midi au sein de l’établissement Paul-Langevin d’Argenteuil dans le Val-d’Oise.

Alors qu’il jouait dans la cour de récré, l’enfant a subitement perdu connaissance. Il ne respirait plus et son cœur s’est arrêté. Face à la situation, les enseignants ont immédiatement prévenu les secouristes et l’ont pris en charge en attendant leur arrivée.

Une fois sur place, le médecin du Samu a procédé aux premiers soins et à un massage cardiaque. Mais malheureusement, c’était trop tard. L’enfant a perdu la vie peu de temps après leur arrivée. D’ailleurs, l’origine de son malaise restait encore méconnue.

De ce fait, afin de déterminer les causes de son décès, les médecins ont décidé de pratiquer une autopsie. Surtout que le malaise est arrivé brutalement, sans aucune explication. Ainsi, Le commissariat d’Argenteuil a ouvert une enquête. Pour sa part, la municipalité a révélé que le petit garçon ne possédait aucune notification médicale.

Des écoliers, des enseignants et toute une famille traumatisés


Un petit garçon de 8 ans qui meurt subitement dans son école a traumatisé de nombreuses personnes. Suite à ce drame, les pompiers ont pris en charge 32 enfants et adultes dans une salle de l’école.

Choqués, les parents et la sœur de la victime et plusieurs membres de l’établissement sont conduits dans la cellule d’urgence médico-psychologique du Samu. Il s’agit en effet d’une cellule mise en place par la commune en lien avec l’Éducation nationale.

Le vice-procureur de la République de Pontoise, un responsable de l’académie de Versailles et le maire d’Argenteuil, Georges Mothron ont tenu à présenter leurs sincères condoléances à la famille de la victime.

L’établissement a pris ses responsabilités


De son côté, la directrice de l’école, une psychologue et des représentants académiques se sont rendus dans la salle de classe de l’enfant décédé et de celle de sa sœur pour expliquer le drame. Par la suite, une cellule d’écoute est activée pour recueillir et d’accompagner l’émotion et le choc de chacun que ce soit pour les élèves ou pour les personnels.

De surcroit, onze enseignants remplaçants sont mobilisés pour soulager l’équipe pédagogique. Quant aux parents d’élève, ils ont créé une cagnotte en ligne pour aider la famille et leur apporter un soutien.