Une patiente de 77 ans dénommée Claudette meurt de faim au CHU en aout dernier. Ce drame s’est déroulé à Dijon, en Côte-d’Or. Ses enfants ne comptent pas laisser passer cette affaire et veulent porter plainte. Ils déplorent la négligence des personnels de l’hôpital.

Une patiente de 77 ans dénommée Claudette meurt de faim au CHU


Admise à l’hôpital pour se faire opérer d’une fracture de péroné, Claudette a vécu le pire qui a conduit à sa mort le 31 aout dernier. En effet, les médecins lui ont demandé de faire un jeun pendant 24 heures avant son opération.

Malheureusement, son jeun n’a pas duré qu’un jour comme convenu. En effet, son opération est toujours repoussée à plusieurs reprises. Par conséquent, elle est privée de nourriture et d’eau pendant plusieurs jours.

Elle n’a seulement mangé qu’un bouillon le 24 aout la veille de son opération. Mais son opération a été reportée. Face à ce drame, les enfants de Claudette veulent porter plainte. Ils incriminent l’hôpital d’avoir laissé leur mère mourir de faim. Donc, le parquet de Dijon a ouvert une enquête et a par la suite demandé une autopsie.

Les enfants du septuagénaire réclament justice pour que l’histoire ne se répète plus jamais


Les enfants de Claudette portent plainte pour dénoncer la négligence et la maltraitance dont leur mère a été victime au CHU. Mais surtout, ils ne souhaitent pas que d’autres familles revivent le même drame.

Dans une interview accordée à BFMTV, son fils Jean ne se résout pas à l’idée que sa mère ait pu mourir de faim. Hélas, c’est la triste vérité. En effet, avant sa mort, la patiente a raconté sa situation à ses enfants qu’elle ne mangeait et ne buvait pas plusieurs jours.

Un vrai problème de moyens existe dans les hôpitaux


Face à cette tragique situation, une aide-soignante admet qu’il existe un vrai problème au niveau des personnels soignants et au niveau d’organisation au sein de l’hôpital. Dans ce sens, les soignants ne peuvent plus travailler dans de bonnes conditions.

D’ailleurs, cette tragédie survient également à cause de l’insuffisance de personnels soignants laissant une patiente de 77 ans dénommée Claudette mourir de faim au CHU. La fille de la retraitée a par la suite révélé qu’elle a été transmise en réanimation la nuit du 28 au 29 aout pour déshydratation complète. Deux jours plus tard, elle a perdu la vie.

Ainsi, l’hôpital est accusé d’homicide involontaire.