Depuis quelque temps, les vacances scolaires font l’objet d’un débat entre le conseil scientifique et le gouvernement. Pourtant, plus l’attente de la population est longue, plus la colère gronde.

Les vacances scolaires virent au cauchemar


Pour rappel, les vacances scolaires se répartissent en trois zones. Ces dernières sont en fonction du lieu d’habitation. Pour cela, on sait en avance les calendriers des vacances scolaires. Ainsi, il est facile pour les parents de planifier leur congé. Comme on le sait tous, les vacances de février sont réservées aux sports d’hiver. Malheureusement, l’accès à ces derniers est limité depuis un an.

Aujourd’hui encore, la propagation du coronavirus ainsi que les variants sur le territoire national fait le débat. Pour cela, on pense à plusieurs mesures. Quoi qu’il en soit, ces mesures ne vont pas plaire à tout le monde.

À l’exemple de la vacance de la Toussaint qui a mis en berne le moral des citoyens avec le deuxième confinement. Malgré qu’il était plus souple que le premier, on avait fait face à un classement des commerces en fonctions de leur utilité aux Français. Fort heureusement, le Click and Collect était là pour les sauver. Toutefois, plusieurs établissements restent encore fermés. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils sont à deux doigts de la faillite.

Alors qu’ils reposent tous espoirs sur les vacances scolaires, le couvre-feu de 18 heures chamboule tout. Face à cela, que va-t-il se passer dans les prochains jours ?

Un enchainement incroyable


Depuis plusieurs semaines, un troisième confinement plane au-dessus de notre tête. Pour leur part, le conseil scientifique avait suggéré au gouvernement de vider les écoles à l’approche des vacances scolaires. Alors que pour le ministre de l’Éducation nationale, il n’était plus question de progresser les chiffres du décrochage scolaire. Car selon ce membre du gouvernement, le premier confinement avait eu des fortes répercussions sur les étudiants. Ajoutée à cela, la dépression était en hausse chez les étudiants.

Alors que faut-il faire pour que les enfants restent éloignés de cette propagation ? Devrait-on prolonger les vacances scolaires de la zone B et la zone C d’une semaine pour éviter ces clusters ? Et qu’en est-il des déplacements entre les régions ? Jusqu’à maintenant, on attend encore la décision du gouvernement. Affaire à suivre…