Récemment, un jeune homme qui a vendu sa voiture sur le site Leboncoin a été victime d’une arnaque et perd 21 000 euros. En effet, il a perçu un faux chèque de banque malgré l’aval de sa propre banque.

Victime d’une arnaque, un jeune homme perd plus de 21 000 euros

Thomas est un jeune homme habitant à Reine sur l’Ille-et-Vilaine qui a été victime d’une arnaque sur Leboincoin. En effet, en vendant son Volkswagen Tiguan, il a reçu un faux chèque et n’a jamais perçu les 21 000 euros de la vente. Pourtant, sa banque lui avait confirmé que le chèque était bel et bien authentique.

Heureusement, grâce au cri d’alerte qu’il a lancé en novembre 2022 auprès d’Actu Rennes, Thomas a pu récupérer près des trois quarts de la somme qu’il a perdue. Cela a été possible grâce à une petite ligne figurant dans son contrat d’assurance automobile.

Réponse reçue après le cri de cœur de Thomas

Après la révélation de sa situation à la presse, Thomas a reçu l’appel de Margaux, elle aussi, victime d’une arnaque similaire au faux chèque de banque lors d’une vente sur Leboncoin. Selon les confidences de la jeune femme, l’histoire de Thomas était très semblable à la sienne. C’est pourquoi elle a décidé de le contacter pour lui révéler comment elle a fait pour récupérer une partie de la somme perdue.

Sa technique tient en une dizaine de mots. Ces derniers sont notamment inscrits au milieu des longues pages de conditions générales du contrat d’assurance automobile. D’ailleurs, comme un coup de chance, Thomas et Margaux possèdent la même assurance.

Ainsi, on peut y lire clairement : « Particularité lors de l’obtention du véhicule par remise d’un chèque de banque frauduleux : nous indemnisons à concurrence du montant figurant sur le chèque de banque frauduleux, dans la limite de 15 000 euros maximum. » C’est ce qui a permis au jeune homme d’au moins retrouver une partie de son argent.

Refus d’indemnisation de la part de l’assureur

Il faut savoir que chaque assurance possède ses propres conditions générales. Ainsi, toutes ne proposent pas une telle indemnisation. D’ailleurs, malgré la présence de cette affirmation, certains assureurs refusent encore de payer cette indemnisation.

D’abord, à la première étape de la procédure d’indemnisation, son assureur lui avait annoncé qu’il était hors délai. Cependant, il ne s’est pas laissé faire et a relu une nouvelle fois le contrat. Heureusement, aucun délai n’y était mentionné donc il a insisté. Ainsi, grâce à sa persévérance, il a réussi à sortir gagnant de ce combat. Après étude, le montant d’indemnisation a été expertisé à 14 450 euros.

Ensuite, trois semaines après l’ouverture de son dossier, Thomas a pu recevoir la somme soulignée. Cela lui a d’ailleurs permis de racheter une voiture pour se déplacer. Cependant, il ne compte pas encore tourner la page. Il veut poursuivre sa banque en justice afin d’obtenir gain de cause concernant leur erreur sur l’authenticité du chèque.